Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Interview avec Badreddine Benameur : «Nous cherchons à placer l’ENSEM dans l’industrie du futur»


Rédigé par Rime Taybouta le Jeudi 17 Mars 2022

A l’occasion de la 29ème édition du Forum des entreprises, le directeur de l’Ecole Nationale Supérieure d’Electricité et de Mécanique (ENSEM), Benameur Baderddine, nous parle des objectifs de ce Forum et de la décarbonation industrielle choisie comme thématique de cette édition.



- Quels sont les objectifs du Forum ENSEM-Entreprise ?

- Le forum ENSEM-Entreprise, qui est le premier forum national depuis 1993, a pour objectif de tisser des relations entre les étudiants et les entreprises. Les entreprises présentes au sein du forum accompagnent les étudiants non seulement au niveau professionnel, mais également au niveau de la formation. Comme le forum présente une occasion pour les étudiants de déposer leurs CVs et d’avoir des entretiens d’embauche, il s’agit donc d’un moment privilégié pour faire connaître les étudiants aux entreprises qui cherchent les ingénieurs techniciens.

Cette opportunité permet aux étudiants de découvrir plus d’entreprises, outre les partenaires de l’école. En plus des offres d’emploi proposées à cette occasion pour les étudiants de la 3ème année, les étudiants de 2ème année aussi peuvent être placés dans des projets de fin d’année. Le forum accueille aussi les étudiants des autres écoles et non pas que les ensemiens, ce qui permet de regrouper plusieurs écoles et plusieurs entreprises dans le même lieu.


- Le choix de la décarbonation de l’industrie comme thématique intervient au moment où le Royaume compte lancer une nouvelle taxe carbone. Comment l’ENSEM sensibilise les étudiants sur l’industrie verte ?

- Le Maroc a voulu s’engager dans la dynamique mondiale de lutte contre le changement climatique dans le cadre d’une volonté politique du plus haut niveau visant à socialiser les opportunités concernant les actions de décarbonation. Cette action passe par la décarbonation de toute l’industrie nationale, que ce soit dans le domaine de l’électrique ou dans la mécanique.

Etant donné que le Royaume a choisi de miser sur le développement des énergies vertes, nous devons, en tant qu’école, former nos futurs ingénieurs au sujet de l’énergie verte et changement climatique pour mieux placer notre école dans l’industrie du futur. Afin que notre étudiant soit sensibilisé et apprenne à travailler dans cet esprit vert, l’établissement a préparé plusieurs clubs qui travaillent sur cette thématique.


- Quelle est la place de la promotion de l’innovation dans la stratégie de l’ENSEM ?

- Notre école vient de lancer le bilan d’étude de repositionnement et la nouvelle stratégie de l’ENSEM afin de revoir toutes nos filières pour bien se placer dans le métier de demain qui nécessite une robotique industrielle.

Pour cette raison, les nouvelles filières de l’école doivent être adaptées avec la cohabitation entre l’homme et la machine et l’innovation pédagogique. Elles doivent également répondre à plusieurs méthodes d’apprentissage, notamment par projet, par mise en situation et par vie associative.

Dans le cadre de l’innovation, le futur ingénieur ensemien doit être prêt à s’adapter dans un nouvel environnement où il peut travailler en toute cohabitation avec la machine, au service d’une industrie moderne, robotisée et digitalisée.


- Adéquation entre diplômés et marché du travail. Comment évaluer le niveau d’insertion des étudiants dans le marché du travail ?

- Il est à savoir que 90 % des lauréats travaillent après les 3 mois post-diplomation. D’autres profils sont embauchés à partir de la période de PFE, vu que notre ingénieur est opérationnel et déjà habitué aux travaux pratiques. Dans le cadre de la vision à l’horizon 2030, l’exercice va être inversé en demandant aux entreprises les profils qu’ils souhaitent avoir et programmer après un cursus en fonction des besoins des métiers de demain. A partir de ces besoins, notre école va lancer un nouveau chantier de nouvelles formations pour la rentrée 2023/2024.


- Le ministère de tutelle organise des assises avec les responsables des établissements supérieurs pour tracer une nouvelle feuille de route pour l’enseignement supérieur. Où en est-on ?

- En effet, le ministère travaille sur des assises régionales d’enseignement supérieur, au niveau de plusieurs régions. A Casablanca-Settat, ces dernières concernent trois universités publiques et trois universités privées pour avoir une vision complète des besoins de la région. Ces assises régionales nous ont permis de faire des rencontres avec les étudiants, les entreprises et les ONGs aussi pour connaître les besoins de la région.



Recueillis par Rime TAYBOUTA

Portrait


Parcours de Badreddine Benameur
 
Après la direction de l’Institut Nationale des Postes et Télécommunications (INPT), Badreddine Benameur a été élu directeur de l’Ecole Nationale Supérieur d’Electricité et de Mécanique à partir du 23 Juillet 2020.

Outre son poste de direction, Benameur est un membre du Bureau Exécutif de l’Association Ribat Al Fath pour le Développement Durable. Il y est chargé des Nouvelles technologies et de l’Université d’été.

Quant à son cursus universitaire, Benameur est diplômé de la Faculté des Sciences de Rabat en électronique, ensuite il a fait son doctorat en microélectronique à l’Université de Caen Normandie après avoir obtenu son diplôme des études approfondies en microélectronique à Centrale Supélec. Badreddine Benameur a obtenu également un brevet en France dans la conception de transistor bipolaire PNP carré.


R. T.