Menu
L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal



Actu Maroc

Infrastructures hydrauliques : l’ONEE sécurise l’alimentation en eau potable du Sud du Grand Casablanca


Rédigé par Kawtar Chaat le Vendredi 10 Juin 2022

L’Office National de l’Electricité et de l’Eau Potable (ONEE) a vient d'entamer la réalisation de la première phase d'un grand projet de sécurisation de l'approvisionnement en eau potable de la zone sud du Grand Casablanca à partir d'installations de production d'eau potable pour le traitement des eaux du barrage Sidi Mohamed Ben Abdellah.



Faisant partie du Programme National d’Approvisionnement en Eau Potable et d’Irrigation (PNAEPI) 2020-2027, dont la convention a été signée le 13 janvier 2020 devant SM le Roi, ce projet vise à sécuriser l'approvisionnement en eau potable pour la zone sud de la ville de Casablanca, en créant un système hydraulique de liaison entre le nord et le sud de la ville, pour contrer les effets de la pénurie d'eau que connaît le bassin de l’Oum Er Rbiaâ, indique l'Office dans un communiqué.

D'une valeur d'environ 180 millions de dirhams, ce projet consiste principalement en la pose d'une canalisation d'environ 7,5 km de longueur, en acier revêtu d'un diamètre de 2000 mm, reliant l’adduction existante de Bouregreg alimentant le nord de la métropole et le réservoir de distribution de Médiouna situé au sud de la ville.
En outre, l'ONEE construit une centrale de surpression pour porter le débit de cette conduite à 2 500 litres par seconde, dans la deuxième phase, dont la mise en service est prévue fin 2022.

Ainsi, cette première phase du projet permettra de transférer un volume annuel d'environ 80 millions de mètres cubes du nord vers le sud de Casablanca et d'assurer la gestion optimale des ressources en eau disponibles au niveau barrage Sidi Mohamed Ben Abdellah et du bassin de l’Oum Er Rbiaâ.

Dans ce même sillage, l'Office National de l'Electricité et de l'Eau a révélé qu'il démarrera les travaux de la deuxième phase de ce projet en juin 2022. Cette phase consistera à poser cette nouvelle canalisation d'une longueur d'environ 7,1 kilomètres, pour desservir également le réservoir de Bouskoura.
Cette deuxième tranche permettra également de valoriser la station de surpression en augmentant sa capacité à 4000 litres par seconde. Le coût de ces travaux est estimé à 120 millions de dirhams et la mise en service du projet devra avoir lieu en juillet 2023, conclut le communiqué.








🔴 Top News