Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Infamie des médias algériens, lois électorales, «neutralité» de la CGEM…le réquisitoire de l’Istiqlal

Communiqué du CE de l’Istiqlal


Rédigé par La rédaction le Mardi 16 Février 2021

Le Comité exécutif du Parti de l’Istiqlal a tenu, mardi 16 février 2021, sa réunion hebdomadaire par visioconférence, sous la présidence du Secrétaire Général, M. Nizar Baraka, au cours de laquelle il a examiné les développements politiques dans notre pays, les lois électorales, la protection sociale, ainsi que la situation organisationnelle du parti.



Réunion du Comité Exécutif du parti de l'Istiqlal (Ph Archive).
Réunion du Comité Exécutif du parti de l'Istiqlal (Ph Archive).
Après avoir discuté ces questions, le Comité exécutif a conclu ce qui suit:

Premièrement: Le Comité condamne fermement la campagne systématique et effrénée menée par les forces de la haine et du mal en Algérie pour viser les constantes nationales et les sacralités de notre pays, utilisant pour ce faire des médias officiels et non officiels commandés, afin de semer l'abominable poison de la haine et du racisme et répandre l'hostilité entre les peuples frères marocain et algérien, lesquels ont fait montre d’un sens élevé de conscience, de fraternité et de réticence aux discours de discrimination et d'hostilité.

Dans ce contexte, le Comité exécutif condamne fermement le ciblage par la chaîne algérienne « Ach-chorouk » de Sa Majesté le Roi, que Dieu le préserve, symbole de la souveraineté et de l'unité de la nation, en recourant à l'utilisation de méthodes répréhensibles et dégradantes qui démontrent clairement la crise des valeurs et de la morale à laquelle la clique dirigeante, dominant les médias en Algérie, s’est laissée rabaisser, dans une tentative désespérée et flagrante d'externaliser ses crises internes multidimensionnelles, de contourner les revendications du Hirak visant à mettre fin à la tyrannie, à lutter contre la corruption endémique dans les structures de l’Etat et de l'économie, et à établir la démocratie et instaurer une répartition équitable des richesses, et ce, en déplaçant les préoccupations de l'opinion publique interne vers des questions artificielles externes.

De même, le Comité exécutif appelle à l'activation de tous les mécanismes et normes diplomatiques pour exprimer le rejet et la condamnation de ce comportement imprudent et hostile, qui, d’ailleurs, ne fait qu'augmenter l'attachement du peuple marocain à Sa Majesté le Roi, que Dieu l'assiste, et aux constantes nationales et constitutionnelles du Royaume.

Deuxièmement: Au niveau des projets de loi d'organisation encadrant l’action partisane et le système électoral dans notre pays, le Comité exécutif a enregistré positivement les nouvelles dispositions qui figuraient dans le projet de loi d'organisation des partis politiques, qui a assimilé un nombre important de propositions que le parti avait soumis dans le cadre du mémorandum conjoint des partis de l’Opposition.

Il prend également acte des dispositions visant à accroître la représentativité des femmes à la Chambre des représentants et dans les institutions élues, les considérant comme un acquis démocratique important dans la perspective d’instaurer la parité.

Parallèlement, le Comité exécutif exprime son refus d'abandonner le mécanisme de représentation des jeunes à la Chambre des représentants, et considère cela comme une régression politique qui ne reflète absolument pas le dynamisme sociétal et les rôles actifs de la jeunesse, mais s’attaque à un des plus importants affluents de la participation politique dans notre pays.

Le Comité exécutif, exprimant sa fierté du bilan imposant réalisé par l'expérience de la Liste des jeunes grâce à une participation active à la législation et au suivi de l’action gouvernementale, appelle à la préservation de ce gain, et appelle toutes les forces du parti soutenant la jeunesse à la coordination lors de la discussion des projets de loi liées aux élections au Parlement afin de présenter les amendements nécessaires à même de garantir la représentation de la jeunesse à la Chambre des Représentants et la renforcer dans tous les conseils élus, et œuvrer également pour favoriser des mécanismes juridiques pour assurer une représentation efficace des Marocains du monde au Parlement.

Troisièmement: Le Comité exécutif réitère l'avertissement sur la gravité de ce que la Confédération générale des entreprises marocaines (CGEM) tente d’entreprendre pour modifier les lois à dessein de priver ses membres, désireux de se présenter aux élections, de leur droit à l'affiliation politique, garanti par la Constitution et par toutes les conventions internationales, et ce sous prétexte de neutralité. Or, c’est là une violation des principes de la Constitution et un acte discriminatoire contraire aux lois.

Il met également en garde contre les conséquences d’impliquer la CGEM dans des conflits politiques par procuration au profit d'un parti particulier, et de confectionner ses règlements à des fins politiques et électorales, ce à quoi le Parti de l'Istiqlal s’opposera partant de son engagement pour la préservation de la neutralité qui caractérisait cette organisation professionnelle avant qu'elle ne soit infiltrée par un parti connu et impliquée dans les calculs politiques.

Il appelle également à faire en sorte que toutes les organisations professionnelles des employeurs soient représentées à la Chambre des Conseillers et à ce que la représentation ne soit pas monopolisée par une seule instance.

Le Comité exécutif réitère la mise en garde contre le danger de l’alliance de l'argent et de la politique au Parlement vis l’exercice des pressions pour l’adoption d’amendements aux lois en vue de servir les intérêts privés d’entreprises spécifiques et pour renforcer leur domination et leur monopole sur le marché, ce qui s’inscrit en faux contre les principes de la Constitution, laquelle prévoit l'égalité et la concurrence libre et loyale.

Quatrièmement: Le Comité exécutif appelle à la mise en place de tous les mécanismes juridiques et éthiques pour garantir l'intégrité et la transparence des élections, ainsi que les conditions d'une concurrence libre et loyale entre les partis politiques. Dans ce contexte, le Comité exécutif appelle à mettre fin au recours aux moyens de l'État et aux moyens publics pour servir des objectifs électoraux ou partisans, à œuvrer pour assurer l'égalité entre tous les partis politiques et à empêcher certains d'entre eux d'exploiter leur position gouvernementale pour influencer l'électorat.

Cinquièmement: Le Comité exécutif enregistre affirmativement le projet de loi-cadre relatif à la protection sociale, et considère que cet important chantier social conduit par Sa Majesté le Roi, que Dieu l'assiste, va révolutionner le domaine des droits économiques et sociaux dans notre pays, et va contribuer directement dans l’amélioration des conditions de vie des citoyens et dans l’accès à la dignité.

Sixièmement: Le Comité exécutif se recueille sur l’âme des martyrs, victimes de l'usine de Tanger qui ont péri dans une douloureuse tragédie, et exprime ses plus sincères condoléances et marques de sympathie à leurs familles endeuillées, implorant le Très-Haut de leur accorder la compassion.

Dans ce contexte, le Comité exécutif appelle le gouvernement à accélérer l'élaboration d'une stratégie d'intégration du secteur informel de notre pays dans le secteur organisé et à accorder toutes les incitations fiscales, financières et techniques afin de garantir cette intégration. Il demande au gouvernement d'assumer sa responsabilité dans la protection de la classe ouvrière contre les risques qui la menacent, de renforcer les mécanismes d'inspection et de contrôle et d’appliquer strictement les dispositions du droit du travail.

En outre, le Comité exécutif dénonce la négligence du gouvernement envers les zones frontalières, que ce soit au Nord ou à l'Est, lesquelles souffrent d'une grande stagnation économique et de congestion sociale, en raison de l'incapacité de l’Exécutif, jusqu'à présent, de traduire ses promesses en lançant des projets de développement, économiques et sociaux, comme alternatives à l'économie frontalière. Dans ce contexte, il réaffirme son attachement à la teneur du mémorandum que le Parti de l'Istiqlal avait soumis au Chef du gouvernement il y a environ trois ans, et qui appelle à accélérer le lancement de la stratégie de la promotion des zones frontalières et à les sauver de la crise multidimensionnelle qu’elles endurent, ainsi que de réduire les disparités sociales et spatiales et favoriser l’emploi et la vie décente aux citoyennes et citoyens.