Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Régions

Industrie de la mode : Les petits commerçants devancent les grands


Rédigé par Kenza AZIOUZI le Mercredi 22 Juillet 2020

Le digital vient au secours des petits commerçants et leur permet de respirer. Après 3 mois de fermeture, la situation devenait insoutenable.



Les conséquences du nouveau Coronavirus sur l’industrie de la mode ont été très visibles après les mois de crise. Malgré le déconfinement, la situation n’a pas connu une nette amélioration. Pourtant, les Marocains semblaient bien décidés à renouer avec leurs habitudes de consommation.

Le digital, nouveau refuge des commerçants

A Rabat, au moment même où les enseignes vivent une nette baisse d’activité malgré les soldes forcés pour sauver la mise, les commerçants de la médina et du centre commercial Aït Baha retrouvent peu à peu leurs clients. L’astuce ? Il leur a suffi de virer vers le digital pour avoir de la visibilité.

Avec le confinement, plusieurs commerçants ont dû s’adapter, ce qui les a conduits à s’orienter vers la numérisation. Ces derniers estiment que le résultat est très satisfaisant. « Certaines clientes ont la flemme de devoir se déplacer, se rendre dans la boutique pour découvrir et chercher ce qui pourrait leur plaire. Aujourd’hui, elles n’ont qu’à se rendre sur ma page Instagram où je poste régulièrement tous les articles disponibles. Ainsi, si elles sont intéressées, elles peuvent prendre un rendez-vous pour passer à la boutique et essayer ce qui leur plaît. Comme je n’accueille qu’une ou deux clientes à la fois, la mesure de la distanciation est respectée. Elles viennent bien évidemment avec leurs masques. », nous explique Rachid, vendeur de prêt-à-porter pour femmes au centre commercial Aït Baha, situé sur l’avenue Hassan II.

Il est vrai que depuis la réouverture des enseignes dans le Royaume, plusieurs mesures sanitaires ont été mises en place, parmi lesquelles on retrouve l’interdiction d’utiliser les cabines d’essayage et le sens de circulation. Sans compter la foule qui se place devant les portes du magasin, chose qui pourrait décourager les visiteurs qui risquent de ne pas revenir. « J’adore le shopping, je suis une grande consommatrice du prêt-à-porter. Mais quand je me rends aux magasins, je trouve une file d’attente incroyable, je prends quand même la peine d’attendre un moment, mais je finis toujours par laisser tomber. Ce n’est plus un plaisir », témoigne Ghita.

De grandes enseignes au bord du gouffre

D’ailleurs, les grandes enseignes n’ont pas été épargnées par la crise du COVID-19, en effet, Inditex, la société mère de Zara, Massimo Dutti, Bershka ou encore Stradivarius a dû essuyer ses premières pertes, et a annoncé qu’elle fermerait 1 000 à 1 200 magasins au cours des deux prochaines années.

Il n’est pas sans rappeler que ce géant espagnol exploite plus de 7 000 magasins dans le monde, possédant des marques telles que, Zara Home, Bershka, Pull and Bear et Oysho.

Inditex veut désormais se concentrer sur le commerce en ligne, qui a connu une pointe de popularité pendant la période du confinement.

Kenza AZIOUZI

 

  


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 21:03 De nouvelles mesures restrictives à Nouaceur