Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Impact de la crise Covid-19 : Coup dur pour les industries de l’automobile et du cuir


Rédigé par A. CHANNAJE le Mercredi 24 Juin 2020

La croissance du secteur manufacturier accuse une forte baisse à cause de la crise Covid19-, selon des données publiées lundi par la DEPF



Impact de la crise Covid-19 : Coup dur pour les industries de l’automobile et du cuir
La croissance de l’indice de production du secteur manufacturier a ralenti à +0,5% au terme du premier trimestre 2020, après une performance de +2,7% il y a une année. C’est ce que vient de souligner la DEPF (Direction des Etudes et de la Prévision Financière) dans sa note de conjoncture, publiée lundi, attribuant ce ralentissement à l’impact de la crise sanitaire de Covid-19 qui a engendré la mise en arrêt provisoire, total ou partiel de la production dans plusieurs unités de production, et ce, à partir du 20 mars 2020. 

Cette situation a été exacerbée par le recul des ventes tant au niveau du marché intérieur qu’extérieur dans plusieurs secteurs, ajoute la même source. Par composante, l’indice de production s’est inscrit en baisse au titre du premier trimestre 2020 dans la majorité des industries manufacturières, excepté les industries chimiques (+8,2%), alimentaires (+7,5%), pharmaceutiques (+17,5%), des articles d’habillement (+6,4%), du papier et carton (+9,5%), du travail du bois (+5,9%), de fabrication de produits métalliques, à l’exclusion des machines et des équipements (+9,5) et de fabrications d’autres matériels de transport (+1,9%). 

Pour ce qui est de l’indice de l’industrie automobile, il a reculé de 20,3%, ceux de l’industrie d’autres produits non métalliques de 4,5%, de l’industrie métallurgique de 14,7%, électronique de 15,4%, de textile de 2,4% et du cuir et de la chaussure de 26,3%. 

Forte baisse à l’export de l’automobile et l’aéronautique

La DEPF souligne, par ailleurs, que le taux d’utilisation des capacités de production (TUC) s’est replié pour le deuxième mois consécutif pour se situer à son plus bas niveau de 47% en avril 2020 après 56% en mars, soit une baisse de 9 points en glissement mensuel et de 28 points en glissement annuel. 

A fin avril 2020, ce taux s’est établi à 61,5%, en diminution de 13,3 points par rapport à fin avril 2019, reflétant une baisse dans l’ensemble des branches. 

Pour les exportations du secteur manufacturier, une évolution négative de leur valeur a été enregistrée dans la quasi-totalité des branches d’activité, à fin avril 2020, notamment l’automobile (-39%), le textile et cuir (-28,3%), l’aéronautique (-33,9%), l’industrie alimentaire (-7,4%) et l’électronique (-1,9%). Du côté de l’industrie chimique et parachimique, la valeur des expéditions des dérivés de phosphates est restée quasiment inchangée par rapport à fin avril 2019 (-0,1%) avec, toutefois, une performance en volume de +22,3%.

En termes de perspectives pour les trois mois à venir (mai, juin et juillet 2020), les chefs d’entreprises sont en faveur d’une amélioration de la production et une stagnation des ventes. La DEPF tient à noter toutefois que 41% des industriels déclarent ne pas avoir de visibilité quant à l’évolution de la production et 51% pour ce qui est des ventes.

A. CHANNAJE