Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

IMIS : Les axes retenus par la CSMD «sont cohérents et représentent des défis énormes»


Rédigé par S.M le Mercredi 26 Mai 2021

Les quatre axes stratégiques retenus dans le rapport de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) « sont cohérents et représentent des défis énormes », a considéré, mercredi, Abdelmalek Alaoui, président du think tank « Institut marocain d'intelligence stratégique » (IMIS).



Abdelmalek Alaoui, Président de l’IMIS
Abdelmalek Alaoui, Président de l’IMIS
Au lendemain de la présentation du rapport de la Commission spéciale sur le modèle de développement (CSMD) au cours d'une cérémonie présidée, à Fès, par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, M. Alaoui a souligné que ces axes « permettent à la fois d'aller plus vite sur nos lignes de force actuelles, mais également d'adresser les sujets d'avenir, dans un environnement de plus en plus imprévisible, et de saisir les fenêtres d'opportunité ».

Ils sont, à cet égard, « judicieux et correspondent à la lettre et à l'esprit de la lettre » des orientations royales, qui précisaient que la CSMD « n'a pas vocation à se substituer à l'exécutif, mais à identifier les sujets essentiels qui doivent permettre de redéfinir notre modèle de développement », a-t-il poursuivi.

Abordant la question des synergies à mettre en place pour garantir une mise en œuvre effective des objectifs tracés, M. Alaoui a fait remarquer que « l'alignement des intérêts et des hommes a toujours été un sujet prégnant pour le Maroc, qui souffre d'une fragmentation structurelle, notamment au niveau de sa technostructure administrative ».

« Selon la commission, le temps de la convergence et de la cristallisation des efforts est venu", a-t-il relevé, notant que le plus grand défi "est celui de l'exécution de cette feuille de route ambitieuse qui permettrait au Maroc de corriger certaines disparités occasionnées par la marche vers la croissance opérée depuis les années 2000 ».

« Le fait que la CSMD a proposé un mécanisme de suivi placé sous l'autorité de Sa Majesté le Roi garantit que les travaux de la commission puissent voir le jour sans parasitage politique », a-t-il conclu.

(Avec MAP) 


  


Dans la même rubrique :
< >