L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





International

Hydrocarbures : Poursuite de la baisse des cours de pétrole


Rédigé par L'Opinion le Lundi 18 Juillet 2022

Les craintes d’une récession et d’un ralentissement de la demande ont vu les prix du pétrole chuter d’un dollar au début des échanges en Asie, ce lundi.



Hydrocarbures : Poursuite de la baisse des cours de pétrole
Les contrats à terme sur le brut US West Texas Intermediate pour livraison en août ont chuté de 1,54 $, ou 1,6%, à 96,05 $ le baril à 00h55 GMT, après avoir augmenté de 1,9% vendredi. Les contrats à terme sur le Brent pour livraison en septembre ont chuté à 1,47 $, ou 1,5%, à 99,69 $ le baril, en baisse de 2,1% par rapport à vendredi.

La Chine, deuxième consommateur mondial de pétrole, a signalé dimanche 691 nouveaux cas de Covid-19, contre 547 la veille, tandis que les cas transmis localement ont enregistré leurs niveaux les plus élevés depuis le 23 mai. «Le pétrole ouvre la semaine plus en douceur, alors que le marché absorbe l’impact de la hausse des nouveaux cas de Covid en Chine sur la demande, et alors que le marché attend avec prudence un événement important : si les flux de gaz de la Russie vers l’Europe reprennent», a déclaré Stephen Innes, directeur partenaire chez SBI Asset Management via Nord Stream 1 plus tard cette semaine.

Le gazoduc Nord Stream 1, le plus grand système de transport de gaz naturel russe vers l’Allemagne, a commencé ses travaux d’entretien annuels le 11 juillet et devrait durer 10 jours. Les gouvernements, les marchés et les entreprises craignent que la fermeture du gazoduc ne soit prolongée en raison de la guerre de la Russie contre l’Ukraine.

Un arrêt de cet approvisionnement en gaz nuirait à l’Allemagne, la quatrième économie mondiale, et augmenterait la possibilité d’une récession.

Une hausse de la production pour une baisse des prix

Comme prévu, le voyage du président américain Joe Biden en Arabie Saoudite n’a pas permis d’obtenir la moindre promesse du plus grand producteur de l’Organisation des pays exportateurs de pétrole (OPEP) d’augmenter l’approvisionnement en pétrole.

Cette attente d’absence de pétrole supplémentaire a contribué à faire grimper les prix vendredi dernier, avant les pourparlers de Biden avec le prince héritier saoudien Mohammed bin Salman. Biden veut que les producteurs de pétrole du Golfe augmentent leur production pour aider à refroidir les prix élevés de cette matière précieuse et à réduire l’inflation.

Emportés par les craintes de récession qui menacent la demande d’or noir, dans un contexte d’inflation record aux Etats-Unis et en zone euro, le baril de Brent de la mer du Nord, pour livraison en septembre, perdait déjà au milieu de la semaine dernière 3,67% à 95,93 dollars, et le baril de West Texas Intermediate (WTI) américain, pour livraison en août, chutait quant à lui de 4,40% à 92,04 dollars, jeudi 14 juillet.

Les craintes d’un ralentissement de la demande ont effacé les gains enregistrés, lorsque les cours du brut avaient été propulsés à des niveaux plus vus depuis la crise financière de 2008. Les deux références mondiales du brut renouaient, ainsi, avec leurs niveaux d’avant la guerre, lorsque le Brent valait entre 95 et 99 dollars le baril et le WTI s’échangeait entre 90 et 94 dollars le baril.

 



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 10 Août 2022 - 13:12 Sécheresse : L’Europe de mal en pis







🔴 Top News










 
Other