Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Tribune libre

Humeur: A Rabat, un 1er mai sans muguet

Tribune


Rédigé par Abdallah Bensmain le Samedi 2 Mai 2020

Cette année, le 1er mai est d’une tristesse infinie : sans défilé des travailleurs sur l’avenue Mohammed V, ni muguet à la Place Piétri où les échoppes des fleuristes sont toutes fermées.



Humeur: A Rabat, un 1er mai sans muguet
Le 1er mai n’est pas seulement la Fête du travail, il est associé au muguet depuis des siècles. Originaire d'Asie, du japon plus précisément, le muguet est devenu un symbole du bonheur en France dès 1561 quand Charles IX instaura la tradition d’offrir du muguet en guise de porte bonheur le 1er mai.
Appelé aussi lis des vallées ou le lis de mai, le muguet est associé à la Fête du travail dès le début du siècle précédent, vers 1907…

A Rabat, le Marché aux Fleurs de Place Piétri a fait sienne cette tradition d’offrir du muguet un 1er mai. Seulement, la communauté européenne, française en particulier se faisant de plus en rare, au centre ville, les habitudes se perdaient et il y’a comme un souffle de nostalgie parmi les plus anciens fleuristes, ceux qui ont connu les années 60, surtout. La chanson « Le temps du muguet » n’est plus fredonnée. C’est à peine si l’on se souvient qu’elle a existé.

Le 1er mai est donc devenu un jour comme les autres aux marchés aux Fleurs. Cette année plus encore, sans fleurs ni couronnes, avec ses bouquets de muguet, disposées avec art et amour à même le sol. Il ne met plus cette ambiance des jours non pas seulement fériés mais fêtés… Les défilés pouvaient se prolonger sur l’avenue Mohammed V, juste à côté, les travailleurs étaient toujours au rendez-vous pour marcher…mais pas les inconditionnels du muguet, depuis quelques années déjà. Rareté oblige, de la clientèle et de la fleur elle-même, à cause des sécheresses répétitives, cette tradition se perdait lentement mais sûrement.

Ce 1er mai est encore un peu plus singulier. Avec le confinement, le muguet, aussi rare soit-il, n’est pas sur les étals du Marché aux fleurs, autre nom de la Place Pietri, qui commence à prendre le nom d’Espace CDG… mais sur internet. Les bouquets de muguet s’offrent désormais sur la toile. Et là, sécheresse ou non, les belles compositions fleurissent selon la créativité des graphistes : des bouquets pour la vue mais pas pour l’odorat et le toucher.
 
Abdallah Bensmain

Il était une fois le muguet
Il était une fois le muguet

  



Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 25 Septembre 2020 - 10:20 L’agilité, c’est pour les gouvernements aussi

Mercredi 23 Septembre 2020 - 23:14 Covid ou pas : Gouverner, c’est prévoir