L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search



International

Humanitaires tués à Gaza : Israël admet une série d'erreurs, sans convaincre l'ONG WCK


Rédigé par L'Opinion avec AFP Vendredi 5 Avril 2024

L'armée israélienne a reconnu vendredi qu'une série d'erreurs à divers échelons était à l'origine des frappes de missiles ayant tué sept travailleurs humanitaires à Gaza, affirmant avoir cru, à tort, viser des "agents du Hamas" à bord de trois véhicules.



Ces éléments, publiés quatre jours après la mort de l'équipe, tuée par trois frappes en l'espace de quatre minutes, n'ont cependant pas convaincu l'employeur des victimes, l'ONG américaine World Central Kitchen (WCK).
 
L'enquête interne de l'armée reconnaît une série d'"erreurs graves" et des "violations des procédures opérationnelles normales": "erreur d'appréciation", "erreurs dans la prise de décision", identification erronée de suspects et de véhicules, mauvaise coordination et décision de frapper sur la base d'éléments insuffisants.
 
L'armée a ainsi reconnu que WCK avait bien communiqué son plan de route, mais les militaires chargés des frappes n'en avaient pas connaissance.
 
Après avoir reçu ces premiers éléments, WCK a exigé "une enquête indépendante": l'armée israélienne "ne peut pas enquêter de manière crédible sur sa propre défaillance à Gaza", a-t-elle réagi.
 
Varsovie a pour sa part réclamé "une enquête criminelle" pour "meurtre", alors qu'un des humanitaires était polonais. "Certaines de ces 'erreurs' nous semblent encore incompréhensibles. S'agit-il d'une erreur ou d'un crime?" a dit Pawel Wronski, porte-parole des Affaires étrangères.
 
Ce drame a provoqué une vague d'indignation mondiale, le président américain, Joe Biden, demandant jeudi au Premier ministre israélien, Benjamin Netanyahu, d'ordonner un "cessez-le-feu immédiat" lors d'un appel téléphonique tendu.
 
Lors d'un point de presse à Tel-Aviv, de hauts gradés israéliens ont indiqué que les soldats de l'unité de drones responsable des frappes ont cru voir, "à tort", un homme armé monter dans un des trois véhicules à bord desquels circulaient les sept humanitaires, conclu à la présence de plusieurs "terroristes du Hamas" dans le convoi et pris alors la décision de tirer en violation des consignes.
 
"Nous savons maintenant que c'était une erreur. Ce n'était pas une arme. C'était peut-être un sac", a déclaré Yoav Har-Even, le général en retraite qui dirige l'enquête interne.
 
Les militaires "étaient convaincus qu'ils visaient des agents armés du Hamas, et non des employés de WCK", indique un communiqué de l'armée.
 
Les véhicules circulaient dans la nuit, après 22h00 (heure locale). De grands logos WCK ornaient le toit des véhicules, mais la caméra du drone ne pouvait pas les voir dans l'obscurité, a assuré le général Har-Even.
 
Deux officiers impliqués dans cette bavure, un colonel de réserve et un commandant d'active, vont être limogés, selon le rapport du général.
 
Les travailleurs humanitaires -- trois Britanniques, un Canadien à la double nationalité, un Polonais, un Australien et un Palestinien -- ont été tués après avoir supervisé le déchargement partiel d'un navire transportant 300 tonnes d'aide alimentaire de Chypre.
 
Mais alors qu'ils roulaient vers le sud, un drone "a frappé une voiture, puis identifié des personnes qui en sortaient et entraient dans la deuxième voiture", a relaté le général.
 
"Ils ont décidé de la frapper, ce qui allait à l'encontre des procédures opérationnelles normales. Puis ils ont frappé la troisième voiture", a poursuivi l'officier.
 
Selon le général Har-Even, il y a aussi eu rupture de communication au sujet du convoi dans la chaîne de commandement militaire.
 
WCK avait fourni toutes les informations nécessaires, mais elles n'ont pas été transmises, a-t-il dit: "la plus grosse erreur est que (l'équipe de drones) n'avait pas de plan de coordination" entre WCK et l'armée.
 
"C'est une tragédie, une grave erreur dont nous sommes responsables", a déclaré le contre-amiral Daniel Hagari, porte-parole de l'armée, parlant d'"un méga-événement (...) qui n'aurait pas dû se produire".
 
Mais pour WCK, "sans changement systémique, il y aura encore des défaillances militaires, encore des excuses, et encore des familles en deuil".
 
"L'origine profonde de ces tirs de roquettes injustifiés est le manque sévère de nourriture à Gaza. Israël doit relever massivement le volume de nourriture et de médicaments entrant par voie terrestre s'il prend vraiment au sérieux son soutien à l'assistance humanitaire", dit l'ONG dans son communiqué.
 
Ce convoi circulait de nuit notamment pour éviter les attroupements autour des transports d'aide alimentaire, qui ont dégénéré à plusieurs reprises en affrontements meurtriers à Gaza.
 
"Il ne suffit pas de tenter simplement d'éviter plus de morts de travailleurs humanitaires", a dit le célèbre chef et fondateur de WCK José Andres. "Tous les civils doivent être protégés, et toutes les personnes innocentes à Gaza nourries", a-t-il insisté, à l'unisson des autres ONG, aujourd'hui dans la quasi impossibilité d'agir dans le territoire palestinien.
 
Selon l'ONU, près de 200 humanitaires ont été tués à Gaza en six mois, près de trois fois plus que pour n'importe quel autre conflit en un an.



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 14 Juillet 2024 - 17:51 Palestine : Hamas arrête les négociations







🔴 Top News