L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


L'Opinion

Histoire d’eau


Rédigé par Majd EL ATOUABI le Mercredi 10 Mai 2023



Histoire d’eau
C’est l’histoire d’une ressource plus précieuse que l’or, mais qui nous semble aussi banale que l’herbe ou le sable. Il s’agit de l’eau, cette denrée essentielle et vitale qu’il nous suffit d’ouvrir un robinet pour la voir jaillir dans nos maisons. Du moins pour ceux parmi nous qui ont la chance de vivre dans des zones desservies par le réseau national de distribution d’eau. Mais voilà, depuis quelques années, au gré des changements climatiques et des cycles de plus en plus rapprochés de sécheresse qu’ils génèrent, cette ressource se fait plus rare et moins accessible qu’auparavant.

Dans notre pays qui bénéficie d’un climat tempéré et chaud de type méditerranéen, avec des nuances océaniques à l’Ouest, continentales au Centre et à l’Est, et arides et désertiques au Sud, la problématique de l’eau, qui se posait de façon cyclique et géographiquement graduée dans un passé récent, prend actuellement un aspect structurel et généralisé. Autrement dit, ce ne sont plus seulement les habitants des régions traditionnellement sujettes au stress hydrique situées dans le Sud et l’Oriental qui en souffrent, mais aussi des zones qui nous semblaient relativement épargnées par les pénuries hydriques, dont par exemple les villes de Rabat et de Casablanca qui menacent désormais soif. 

Le tableau n’est pas plus reluisant dans notre voisinage immédiat, au Maghreb notamment et dans l’ensemble de la région MENA, sans oublier l’Afrique subsaharienne où, en plus de la migration climatique qui fait rage depuis longtemps, on redoute aujourd’hui les émeutes et les guerres de la soif, autant que celles de la faim jadis. Face à ce topo cauchemardesque, le Royaume, qui était précurseur en matière de politiques hydriques avec la stratégie de construction de barrages impulsée sous le règne de feu Hassan II, a décidé il y a quelques années de prendre les devants en anticipant l’actuelle crise. 

En application des hautes directives de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc s’est doté dès 2020 du Plan National de l’Eau (PNE) 2020-2050 qui est le prolongement du Programme national d’approvisionnement en eau potable et d’irrigation. Riche d’une enveloppe budgétaire de 115,4 milliards de dirhams, ce programme qui impulse une batterie d’investissements en projets et en infrastructures vise la préservation de la souveraineté hydrique du Royaume. Et lors de Son discours inaugural de la session parlementaire d’automne en octobre 2022, le Souverain rappellera l’importance stratégique qu’il porte à la problématique de la gestion de l’eau en hissant cette thématique au rang d’urgence prioritaire.

C’est donc dans cette continuité que s’inscrit la séance de travail organisée ce mardi 9 mai 2023 au Palais Royal de Rabat sous la présidence du Souverain et lors de laquelle le ministre de l’Équipement et de l’Eau, M. Nizar Baraka, a présenté un exposé portant sur la situation hydrique et sur l’état d’avancement de la mise en œuvre des différentes composantes du Programme national pour l’approvisionnement en eau potable et d’irrigation 2020-2027. À l’issue de cette séance, une enveloppe budgétaire supplémentaire de 27,6 milliards de dirhams a été allouée à ce programme qui jouit désormais d’un budget global de 143 milliards de dirhams.

Décidée en pleine période de disette économique et de boom inflationniste, cette rallonge budgétaire renseigne certes sur l’urgence actuelle de la problématique de l’eau et par ricochet sur la gravité de la situation. Elle atteste surtout de la haute sollicitude qu’accorde Sa Majesté le Roi à ce sujet de dimension hautement sociale et humaine. Puissions-nous en faire bon usage en améliorant notre manière de consommer l’eau.
 
Majd EL ATOUABI







🔴 Top News