L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal






International

Guerre en Ukraine : Trois mois déjà et pas de paix en perspective


Rédigé par L'Opinion le Mercredi 25 Mai 2022

Le 24 février, Vladimir Poutine annonçait «une opération militaire spéciale au Donbass, dans l’Est de l’Ukraine». La guerre avait commencé. Et se poursuit encore. Topo.



Les troupes militaires russes sont entrées d’abord dans les régions contrôlées par Kiev, à travers les régions de Donetsk et Louhansk. En même temps, elles sont entrées, depuis la frontière russe à Kharkov, Soumi, Tchernigiv, et à Tchernobyl depuis la Biélorussie. L’armée russe s’est également dirigée vers Kherson et Melitopol depuis la Crimée. Des soldats ont été déployés autour de Kiev pour l’assiéger.

Durant le deuxième mois, les soldats russes se sont retirés de Kiev et de Tchernigiv. Les troupes ukrainiennes ont repris le contrôle dans ces régions. Les habitants de Kiev essaient de retourner à la normale. L’armée russe déploie fréquemment des armes de haute précision à longue portée contre les cibles dans les régions stratégiques.

Le mois dernier, les États- Unis et les pays européens avaient annoncé qu’ils renforceront le soutien d’arme à l’Ukraine : l’armée russe a commencé à viser les véhicules et entrepôts. La Russie a également déclaré que les véhicules appartenant aux pays de l’Organisation du Traité de l’Atlantique Nord (OTAN) et transportant des armes pour l’Ukraine, sont des cibles légitimes. L’Ukraine a annoncé la mort et la blessure de nombreux civils dans ces attaques.

Marioupol tombe, Kharkov résiste

Les troupes russes ont assiégé Kharkov et Marioupol depuis le début, mais l’armée ukrainienne a fortement résisté. Les affrontements perdurent dans la région de Kharkov. Les responsables ukrainiens ont déclaré avoir repris le contrôle dans certaines zones. La résistance perdure. Le premier mois de la guerre, les Russes se sont focalisés à saisir les villes stratégiques au bord de la mer d’Azov et ont pris le contrôle de la ville portuaire de Berdyansk.

Le troisième mois, Marioupol est tombée sous le contrôle des Russes. Suite à la forte résistance et des affrontements violents, la ville a été ruinée. Le ministère russe de la Défense a annoncé la reddition de 2439 combattants ukrainiens qui résistaient depuis l’usine d’Azovstal.

La partie ukrainienne a déclaré que ces combattants ont capitulé sous condition d’échange de prisonniers. Suite à ce développement, la Russie a pris le contrôle total de Marioupol. Kherson a été une autre ville contrôlée par la Russie. Le rouble russe est utilisée dans une partie de la ville, est sera utilisée dans la ville entière avant la fin de l’année. Certains ont évoqué la possibilité d’annexer Kherson à la Russie par un référendum. Le ministre russe des Affaires étrangères, Sergueï Lavrov a dit que «le peuple ukrainien déterminera son propre sort».

En avril, la guerre s’est déroulée plutôt dans l’est du pays, impactant violemment ces régions. Le Commandement de l’état-major ukrainien a annoncé que les troupes russes continuent d’avancer dans l’est et ont saisi certaines zones. L’armée russe a concentré ses troupes notamment à Donetsk et Louhansk afin de «libérer Donbass, qui est l’objectif principal de l’opération militaire». Malgré les offensives, l’armée russe n’a pas pu avancer.

Selon le Pentagone, la Russie a du retard à Donbass par rapport au calendrier qu’elle prévoyait.

Attaques contre le territoire russe

Les derniers mois ont vu se multiplier les attaques contre le territoire russe depuis le nord de l’Ukraine. La Russie a intensifié ses attaques contre Odessa et Mikolayiv. Les conflits sur l’île des Serpents, disposant d’une position stratégique dans le sud-ouest de l’Ukraine, se sont intensifiés. Les russes avaient pris le contrôle de l’île dès le début de la guerre.

Les démarches ukrainiennes n’ont pas donné de résultat pour l’instant. Selon le ministère russe de la Défense, l’Ukraine aurait perdu au total 4 avions, 10 hélicoptères, 30 drones, trois navires blindés et plus d’une cinquantaine de soldats durant trois jours de conflits.

Les propos russes concernant la Moldavie ont provoqué l’inquiétude concernant l’élargissement de la zone de guerre. Le Commandant adjoint russe Rustam Minnekayev a déclaré : «Contrôler le sud de l’Ukraine permettra une solution à la Transnistrie où la population russophone subit une oppression ».

Des négociations mais pas de trêve

Les délégations russe et ukrainienne ont organisé quatre négociations, dont trois en Biélorussie et une en Turquie. Les parties sont convenues seulement d’ouvrir des couloirs humanitaires pour l’évacuation des civils. Suite aux efforts du Président turc, Recep Tayyip Erdogan, les deux parties se sont réunies le 29 mars à Istanbul. La partie ukrainienne a présenté à la partie russe les principes d’un éventuel accord écrit. Le 17 mai, la partie ukrainienne a annoncé la suspension des négociations avec la Russie.

 


Une guerre sans bilan humain précis
 
Les autorités militaires russes avaient annoncé la mort de 1351 soldats et la blessure de 3825 autres, le premier mois de la guerre. Aucun bilan n’a été annoncé par la suite. Selon les responsables russes, l’armée ukrainienne aurait perdu 23.367 soldats.

Pour sa part, l’Ukraine annonce la mort de 29.350 soldats russes. Ni la partie ukrainienne ni la partie russe n’ont donné des informations concernant la perte des civils. Les Nations Unies (ONU) ont affirmé qu’entre le 24 février et le 22 mai, 6.552.971 personnes ont fui l’Ukraine vers les pays voisins, dont plus de la moitié vers la Pologne.

L’Organisation internationale pour les migrations (OIM) indique qu’une personne sur six a été forcée au déplacement à cause des conflits. Le nombre total des personnes déplacées serait de 7,7 millions. Par ailleurs, l’ONU note qu’au moins 3381 civils ont perdu la vie depuis le 24 février, et 3680 autres ont été blessés.