L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Greg Jackson : le Projet Xlinks : générera une "valeur réelle" pour le Maroc


Rédigé par Mohamed Elkorri Jeudi 19 Octobre 2023

Le projet Xlinks - le plus long câble sous-marin d'interconnexion au monde reliant le réseau d'énergie solaire du Maroc à celui de la Grande-Bretagne, génèrera une "valeur réelle" pour le Maroc a indiqué le PDG de la société Octopus Energy.



Le projet Xlinks - le plus long câble sous-marin d'interconnexion au monde reliant le réseau d'énergie solaire du Maroc à celui de la Grande-Bretagne et traversant les eaux françaises, portugaises et espagnoles - générera une "valeur réelle" pour le Maroc, a déclaré ce mercredi Greg Jackson, PDG de la société Octopus Energy, basée au Royaume-Uni.

Le projet utilisera l'électricité produite dans la région de Guelmim Oued Noun, via une installation de 10,5 gigawatts de parcs solaires et éoliens, soutenue par 20 GWh/5GW de stockage en batterie.

L'électricité sera connectée au réseau électrique britannique dans la région de Devon, au sud-ouest de l'Angleterre, par le biais de quatre câbles sous-marins à courant continu haute tension de 3 800 kilomètres, qui seront fabriqués en Grande-Bretagne.

Octopus Energy a annoncé en mai un investissement de 5 millions de livres sterling (6,8 millions de dollars) dans le projet Xlinks ou "Morocco-UK Power Project". Un montant supplémentaire de 35 millions de livres sterling a été obtenu auprès de la société nationale d'énergie d'Abu Dhabi. 

Dans ce sens, Jackson a déclaré que son entreprise soutenait le projet pour deux raisons principales. "Premièrement, je pense que les interconnexions longue distance sont l'avenir. Tôt ou tard, elles seront aussi normales que les connexions internet", a déclaré M. Jackson au média britannique Al-Monitor en marge du Forum sur l'intelligence énergétique à Londres. "La deuxième chose est que nous aimons la forme de l'énergie que nous produirons. Il est donc très utile d'avoir essentiellement 365 jours par an, totalement prévisible, que nous pouvons ensuite utiliser pour charger les véhicules électriques et faire fonctionner les pompes à chaleur en hiver."

Toutefois, le projet a suscité un certain scepticisme, étant donné les nombreux obstacles à franchir. Xlinks estime qu'il coûtera entre 20 et 22 milliards de livres sterling, un chiffre non négligeable qui nécessitera un grand financement. Xlinks doit également obtenir l'autorisation de traverser les eaux françaises et espagnoles. 

Les défis de ce mégaprojet

De plus, le Maroc est un pays qui manque d'eau et une grande quantité d'eau sera nécessaire pour nettoyer les panneaux. Xlinks insiste sur le fait que personne ne vit sur les terres qu'elle a l'intention d'utiliser pour le projet, et elle travaille sur des initiatives de dessalement de l'eau qui laisseront un surplus net d'eau dans la région. 

À la question de savoir si la rareté de l'eau au Maroc a suscité des inquiétudes lors de l'élaboration du projet, M. Jackson a répondu : "Si vous voulez arrêter quelque chose, vous pouvez toujours chercher un problème, mais je pense que le Maroc va souffrir beaucoup plus du changement climatique si nous ne construisons pas des projets comme celui-ci. Il s'agit d'une industrie d'exportation qui générera une valeur réelle pour le Maroc".

Ce projet, le premier du genre, annoncé l'année dernière, devrait fournir une capacité d'énergie renouvelable de 3,6 GW pendant une moyenne de 20 heures par jour, soit 8 % des besoins actuels du Royaume-Uni et suffisamment pour alimenter 7 millions de foyers britanniques d'ici à la fin de la décennie.

Le projet Xlinks est "d'importance nationale" pour le Royaume-Uni

En septembre, la Grande-Bretagne a désigné le projet Xlinks comme étant "d'importance nationale", ce qui devrait faciliter la planification et le financement de l'infrastructure. 

Les liens entre la Grande-Bretagne et le Maroc se sont renforcés ces dernières années. Un accord commercial en 2019 a été l'un des premiers depuis que le Royaume-Uni a voté pour quitter l'Union européenne en juin 2016. Depuis, les deux pays ont signé une série de partenariats dans de multiples secteurs, notamment l'éducation, les transports et les énergies renouvelables.

La guerre en Ukraine et l'inflation élevée ont rendu la Grande-Bretagne vulnérable à la flambée des prix de l'énergie, et Londres a cherché à se diversifier par rapport à son ancien partenaire, la Russie, qui a été sanctionnée par l'Occident pour avoir envahi son voisin. 








🔴 Top News