Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Généralisation de la couverture sociale : Les syndicats conviés au Palais royal


Rédigé par Anass Machloukh le Mardi 13 Avril 2021

Après le vote de la loi sur la protection sociale par les deux chambres du Parlement, les syndicats ont été conviés par le Palais royal pour une réunion, en présence de certains membres du gouvernement.



Le chantier de généralisation de la couverture sociale entame une nouvelle phase de concertation avant le début de son exécution. Après avoir été voté à l’unanimité par au Parlement, le texte de loi fait de nouveau l’objet de nouvelles discussions. Le Souverain aurait convié les les syndicats les plus représentatifs pour assister à une réunion dédiée à la présentation des grandes lignes de la réforme qui s’étalera sur cinq ans.

Selon des sources bien informées, cette réunion sera présidée par SM le Roi Mohammed VI au palais Royal, qui donnerait le coup d’envoi officiel du projet social. Elle connaitra la participation des syndicats et des départements ministériels concernés par l’exécution du chantier royal, nous indiquent les mêmes sources. En effet, plusieurs ministères sont concernés à savoir le ministère de l’Economie et des Finances, département de tutelle qui a présenté le texte de la réforme au Parlement, le ministère de l’Emploi et de l’Insertion professionnelle en tant que département de tutelle des organismes gestionnaires de la sécurité sociale (CNSS et CNOPS) et le ministère de l’Intérieur chargé du registre social unifié, destiné à cibler les personnes bénéficiaires, qui ne sont pas encore déclarées dans le régime social actuel.

Bénéficiant à plus de 22 millions de personnes supplémentaires, la généralisation de la couverture sociale est un projet quinquennal, dont l’exécution se fera de manière progressive. Il sera procédé à la généralisation de l’Assurance maladie obligatoire (AMO) entre 2021 et 2023 en faveur des agriculteurs et des travailleurs non-salariés, avant d’élargir le champ des bénéficiaires des allocations familiales. La réforme vise également à doter tous les détenteurs d’un emploi stable d’une retraite, et d’une assurance chômage.

Le ministre de l’Economie et des Finances avait indiqué que 51 milliards sont déboursés annuellement du budget de l’Etat pour financer ce projet. La Banque mondiale y a également contribué par un prêt de 400 millions de dollars, nous avait précisé de directeur de la région Maghreb à Jesko Hentshel.