L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search



International

France: Macron temporise, la gauche veut les clés du pouvoir


Rédigé par L'Opinion avec AFP Jeudi 11 Juillet 2024

Le président Emmanuel Macron veut "laisser du temps" aux partis, mais la gauche, arrivée en tête des élections, s'impatiente : la France reste embourbée jeudi dans les négociations post-législatives, coincée par la coexistence de trois blocs irréconciliables sans majorité absolue.



Dans une "lettre aux Français" publiée par la presse régionale mercredi, le président a estimé que "personne ne l'a(vait) emporté" dimanche, notant que les "blocs" sortis des urnes "sont tous minoritaires" à l'Assemblée.

Il entend donc "laisser un peu de temps aux forces politiques pour bâtir (des) compromis" et, d'ici là, laisser au gouvernement actuel le soin "d'exercer ses responsabilités", alors que Paris accueille les JO dans un peu plus de deux semaines.

Trois blocs ont émergé du scrutin : l'alliance de gauche (190 à 195 sièges), suivie par le camp présidentiel de centre droit (autour de 160 sièges), et l'extrême droite (143 sièges) arrivée troisième mais en réalisant une percée historique. Or, un gouvernement devra recueillir le soutien d'au moins 289 députés.

Plusieurs personnalités de droite et du centre soutiennent la démarche du locataire de l'Elysée, comme le président du Sénat Gérard Larcher, troisième personnage de l'Etat, qui a plaidé pour que le pays "(enjambe) la période importante où nous accueillons le monde aux Jeux olympiques". Il a renvoyé la formation d'un nouveau cabinet "au début du mois de septembre".

Mais on s'étrangle à ses mots au sein de l'alliance de gauche du Nouveau front populaire (NFP), premier surpris dimanche de se retrouver en tête au nombre de députés et bien décidé à appliquer son programme de rupture.

Olivier Faure, le patron du Parti socialiste, accuse le président de ne pas "respecter le vote des Français". Et le bouillonnant patron de La France insoumise (LFI, gauche radicale), Jean-Luc Mélenchon, a dénoncé "magouilles" et "retour du veto royal".

Le puissant syndicat CGT appelle pour sa part à des rassemblements le 18 juillet "pour que le résultat des élections soit respecté", selon sa patronne Sophie Binet. "On a l'impression d'avoir Louis XVI qui s'enferme à Versailles", ajoute-t-elle, en référence au monarque guillotiné en 1793 pendant la Révolution.

Emmanuel Macron, lui, est à Washington jusqu'à jeudi pour un sommet de l'Otan consacré à la guerre en Ukraine.

Un rendez-vous où il devra rassurer sur la politique étrangère de la France dans les mois à venir, sur fond d'une nouvelle majorité travailliste en Grande-Bretagne et de questionnements sur l'état de santé du président américain Joe Biden et sa capacité à remporter la présidentielle de novembre face à Donald Trump.

En son absence, l'échiquier politique français s'enflamme.

Les leaders du NFP peinent à s'accorder sur un nom consensuel de Premier ministre. Et certains s'exaspèrent : "J'ai fait part de mon impatience de façon assez forte", indique le communiste Fabien Roussel au quotidien Libération. "Nous mettons beaucoup trop de temps", a admis l'écologiste Sandrine Rousseau.

Les milieux d'affaires expriment chaque jour leurs inquiétudes sur le programme de rupture du NFP. La France doit économiser 25 milliards d'euros en 2024 pour redresser ses finances publiques, a annoncé le ministre de l'Economie et des Finances Bruno Le Maire.

Le gouverneur de la Banque de France a appelé de son côté à "reconnaître les exigences du réel" et éviter les "coûts salariaux excessifs" pour les entreprises.

Dans le même temps, les macronistes échafaudent des scénarios pour garder le pouvoir. Des députés de son parti rêvent d'"alliances programmatiques" au sein d'une "coalition de projet allant des sociaux-démocrates à la droite de gouvernement", donc sans LFI.

Quant à l'extrême droite, elle a entériné une défaite d'abord liée au "barrage républicain" organisé au second tour des législatives par la gauche, le centre et la droite, pour l'éloigner du pouvoir. Mais sa cheffe Marine Le Pen, après trois échecs depuis 2012, vise ostensiblement la présidentielle de 2027.

Son protégé, le président du Rassemblement national Jordan Bardella, a jugé "irresponsable" que le message du chef de l'Etat soit "désormais : +débrouillez-vous+".

Et malgré le soutien de quelques fidèles, l'image du président Macron semble plus écornée que jamais, son propre camp lui reprochant la dissolution, qu'il a décidée seul ou presque.

"Le macronisme c'est fini", a fustigé l'ex-député de la majorité présidentielle Gilles Le Gendre, estimant que la "seule coalition qui existe aujourd'hui" est celle "contre le président".



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 14 Juillet 2024 - 17:51 Palestine : Hamas arrête les négociations







🔴 Top News