Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Force Barkhane au Sahel : Les Etats-Unis annoncent leur soutien


Rédigé par Wolondouka SIDIBE le Lundi 28 Juin 2021



La lutte contre l’islamisme radical au Sahel prend un tournant après que la France ait annoncé le retrait progressif de la Force Barkhane au Sahel. En effet, les Etats-Unis viennent d’annoncer qu’ils vont continuer à soutenir les opérations contre les jihadistes au Sahel malgré la fin annoncée de l’opération militaire française Barkhane. Autrement dit, ils vont contribuer au renforcement des capacités de ses partenaires en Afrique, ce qui inclut les capacités à mener des opérations antiterroristes ».
 
Pour ce faire, les USA vont fournir un certain soutien en fonction des besoins dans la région. En effet, au Sahel, Washington fournissait jusqu’ici à l’opération Barkhane de précieuses capacités de renseignement et de surveillance - notamment grâce à ses drones -, du ravitaillement en vol et du transport logistique. Il faut rappeler qu’après huit ans de présence ininterrompue au Sahel, où sont aujourd’hui déployés 5 100 de ses militaires, la France veut désormais passer d’un statut de force en première ligne contre les jihadistes à celui de force d’accompagnement et d’appui (renseignement, drones, avions de chasse…).

En outre, la décroissance des effectifs militaires français s’opérera progressivement, avec un jalon à environ 3 500 hommes d’ici un an puis 2 500 personnes d’ici 2023. Toutefois, la France n’a pas encore précisé comment et quand ce retrait des troupes françaises aura lieu. Mais elle a indiqué que les détails seront finalisés à la fin du mois de juin après consultation des États-Unis, des États européens impliqués dans la région et des cinq pays qui composent le G5 Sahel (Mali, Niger, Tchad, Burkina Faso et Mauritanie).

Le scénario le plus probable, selon les spécialistes, est que les forces spéciales françaises travailleront aux côtés d’autres pays européens dans le cadre de l’opération Takuba, qui combat les militants au Sahel aux côtés des armées malienne et nigériane, tandis que d’autres forces françaises travailleront dans le cadre d’opérations de formation et dans le cadre de missions internationales déjà présentes dans la région.

Augmentation de la violence

Cette annonce américaine intervient après la décision de la France de suspendre les opérations conjointes avec le Mali. En effet, le Sahel est confronté à une augmentation de la violence dans des régions aussi cruciales que le Burkina Faso, où il y a eu, au début de juin, l’une des pires attaques de ces dernières années et qui a coûté la vie à plus d’une centaine de personnes aux mains d’un groupe armé. Mais la violence n’est pas le seul problème dans la région, il y a aussi l’instabilité qui a un impact majeur sur les pays de la région.

Enfin, rappelons que les troupes françaises sont déployées dans la région depuis 2012 à la demande du gouvernement malien, après le coup d’État de cette année-là. La France a déployé l’opération Serval, devenue un an plus tard l’opération Barkhane, avec une approche régionale par laquelle elle entendait lutter contre la menace djihadiste transfrontalière. Mais après huit ans de mission, les groupes djihadistes et leurs attaques se sont multipliés et se sont étendus du Nord du Mali à la zone où les trois frontières se rencontrent.
 
W. S.