Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Football : Les Lions de l’Atlas continuent de rugir dans l’arène de la Liga


Rédigé par Omar CHLIH (MAP) le Mercredi 27 Janvier 2021

De Larbi Ben M’Barek à Youssef En-Nesyr



Football : Les Lions de l’Atlas continuent de rugir dans l’arène de la Liga
Les performances remarquables que signe actuellement l’international marocain Youssef En-Nesyri en Liga ont remis au-devant de la scène l’Histoire des Lions de l’Atlas depuis les débuts du championnat espagnol à travers de grandes stars, à l’instar de la Perle Noire Larbi Ben Mbarek avec l’Atlético Madrid, Abdallah El Antaki (Malaga) et Hassan Fadel et le gardien de but Badou Zaki avec Majorque et dont l’héritage est perpétué par les talentueux Yassine Bounou et Youssef EnNesyri.

« Une vérité incontournable »
Les contributions des internationaux marocains ont été par ailleurs soulignées par la Liga, l’instance dirigeante du football espagnol, dans une vidéo publiée en août dernier sur son compte Twitter sous le titre : «Une vérité incontournable : les stars marocaines ont honoré l’Histoire du football arabe et africain en Liga» qui retrace en 3min 54 sec les performances des internationaux marocains dans le tournoi espagnol de football.

Les chapitres de l’Histoire rayonnante des marocains en Liga ont été écrits par la Perle Noire Larbi Ben Mbarek qui avait évolué au sein de l’Atlético Madrid lors de l’une de ses meilleures expériences dans son parcours footballistique professionnel en 1949 en étant une force de frappe offensive qui a contribué au sacre des Colchoneros du titre de champions en 1951 et 1952, en plus de la Coupe du Roi en 1951. Ben M’Barek a inscrit 56 buts lors de 113 matchs répartis sur 5 saisons avant de retourner en France en 1953.

Après Larbi Ben M’Barek, l’international marocain, Abdellah El Antaki, alias Malaga, a rejoint en 1956 le FC Grenade en provenance du Stade Marocain, où il a joué 3 saisons, avant de jouer pour Malaga en 1959 et pendant 13 ans avant de devenir formateur au sein du club espagnol qui, dans un geste de reconnaissance de ses contributions, a donné son nom à l’une des principales portes du stade du club «La Rosaleda».

En signe de reconnaissance
La présence marocaine en Liga s’est illustrée au cours des années 80 avec une génération menée par le gardien Badou Zaki qui a évolué au sein du Real Majorque et avec lequel il a signé de bons résultats, en particulier la qualification à la finale de la Coupe d’Espagne pour la première fois dans l’Histoire du club en 1990. Son nom a également brillé en tant que capitaine de l’équipe avec ses arrêts de plusieurs penalty tirés par des joueurs de renom comme Roland Koman, et a été désigné meilleur joueur étranger dans le championnat espagnol en 1986-1987 avant de remporter le titre de meilleur gardien en 1986-1987, 1988- 1989 et 1989-1990.

Au terme de sa carrière sportive en tant que gardien de but, le Real Majorque a décidé en 1991 d’ériger une statue de Zaki sur la belle île, en son honneur et en reconnaissance de ses efforts et de son éthique tout au long de sa carrière sportive, en tant que joueur qui a marqué les meilleures périodes de l’équipe pendant six ans. Il est désormais considéré comme l’un des ambassadeurs du sport marocain qui a honoré le football national. Le même éclat a accompagné le parcours de la pierre angulaire de la défense de la Deportivo de La Coruna, l’international marocain Noureddine Naybet. A partir de 1996, et durant huit saisons, Naybet a brillé de mille feux avec 260 matchs à son actif et 15 buts ainsi qu’un sacre au championnat espagnol en 2000. Deux ans après en Coupe d’Espagne, il offre, avec ses compatriotes Mustapha Hajji et Salaheddine Bassir, une grande joie aux habitants de La Coruna, gravant ainsi leur nom dans l’Histoire du club et dans les cœurs de ses supporters.

Sous le signe de la continuité
Une nouvelle génération de joueurs reconnus ont pris le flambeau de leurs prédécesseurs. Ils se nomment Moha El Yaâcoubi, star d’Osasuna, Nabil Baha, Nourredine Amrabet ou encore Mehdi Carcela, qui se sont côtoyés à différentes périodes au sein de Malaga. A cette belle pléiade de joueurs s’ajoute Youssef El Arabi le buteur de Grenade entre 2013 et 2017, avec 35 buts en battant le record de la Porta (34) qu’il détenait depuis 1975.

Le duo de Séville fait l’unanimité
 Le duo Yassine Bounou (gardien de but), et Youssef En-Nesyri (attaquant) suscite actuellement l’unanimité des analystes sportifs espagnols comme les deux cartes gagnantes entre les mains de l’entraîneur du FC Séville, Julen Lopetegui. Bounou a signé une performance exceptionnelle lors de la saison précédente en devenant l’un des architectes du 6ème sacre du FC Séville en Ligue Europa. De son côté, En-Nesyri mène son club pour récolter de bons résultats. Au terme de la 20ème journée de la Liga, l’international marocain s’impose meilleur buteur avec 12 buts, dépassant Leo Messi, star du FC Barcelone, en plus de 4 réalisations inscrites en Ligue des champions dans laquelle le club andalous va évoluer en 8es de finale.

Les qualités offensives et le talent d’En-Nesyri au cours de cette saison, et dans les différentes compétitions, l’ont mis dans le viseur de plusieurs clubs européens, en particuliers anglais, qui souhaitent s’attacher ses services.

  


Dans la même rubrique :
< >