Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Sport

Football : L’infirmerie au centre du terrain, en France et ailleurs


le Mardi 10 Novembre 2020

Avec trois matches internationaux en une semaine, une cadence inquiétante pour toutes les grandes sélections



Football : L’infirmerie au centre du terrain, en France et ailleurs
L’équipe de France s’est rassemblée au début de cette semaine pour le dernier sprint d’une fin d’année surchargée, mais certains comme Kylian Mbappé passeront d’abord par l’infirmerie pour voir si leur état est compatible avec trois matches internationaux en une semaine, une cadence inquiétante pour toutes les grandes sélections.

Le sélectionneur Didier Deschamps et son staff médical, pas vernis depuis le début de saison entre le Covid-19 et les blessures, vont d’abord examiner l’état des blessés Mbappé, Benjamin Pavard, Presnel Kimpembe et Houssem Aouar, avant de se tourner vers les enjeux sportifs: la Finlande mercredi en amical, puis le Portugal et la Suède en Ligue des nations.

Dimanche contre Saint-Etienne, Aouar (convoqué après le forfait de Nabil Fekir) est sorti sur blessure, en boitant, avant de soigner sa cuisse douloureuse avec une poche de glace.

Avec le Paris SG, Kimpembe a également reçu un «coup grave» au pied droit mercredi dernier en Ligue des champions à Leipzig (2- 1), selon son coach Thomas Tuchel. Le défenseur central «reprendra l’entraînement avec l’équipe de France ces prochains jours selon l’évolution de la contusion», a fait savoir son club.

Ses partenaires au Mondial-2018 Pavard et Mbappé souffrent tous les deux d’une gêne musculaire à une cuisse qui les a privés de compétition ce week-end.

L’attaquant parisien «poursuivra ses soins et entraînements individuels avec l’équipe de France, en étroite collaboration avec le staff médical du PSG», a expliqué le club de la capitale.

Ronaldo touché aussi
Les deux joueurs, déjà perturbés cet été par des soucis physiques, paient probablement l’accumulation des matches de cet automne surchargé, ce qui contraint Deschamps à un numéro d’équilibriste.

D’ores et déjà, le sélectionneur a prévenu que Mbappé ferait l’impasse sur la Finlande mercredi, préférant préserver son joyau d’attaque pour le choc du groupe de Ligue des nations à Lisbonne samedi contre le Portugal.

«Si je le mets dans la liste, c’est qu’il y a de très fortes probabilités qu’il soit disponible pour nos matches. Pas pour celui de mercredi mais pour celui de samedi», a-t-il expliqué jeudi en dévoilant sa liste.

L’ancien entraîneur de la Juventus et de Marseille n’est pas le seul à devoir composer avec les blessures en sélection. Son homologue portugais Fernando Santos doit se passer des services du défenseur vétéran Pepe, blessé à un pied, et il devra scruter l’état de la cheville droite de Cristiano Ronaldo, touchée dimanche en club.

Repère

Favoris minés par les blessures
A sept mois de l’Euro, d’autres favoris sont minés par des blessures encore plus graves concernant des joueurs majeurs, indisponibles pour plusieurs longues semaines. L’Allemagne a ainsi perdu le talentueux milieu Joshua Kimmich (opération d’un ménisque), les Pays-Bas vont devoir se débrouiller sans leur roc défensif Virgil Van Dijk (ligaments du genou droit) et l’Espagne est orpheline de son grand espoir Ansu Fati (ménisque). Devant les zones d’ombre concernant sa sélection, Deschamps a fait le choix d’élargir sa liste à 26 joueurs, contre 23 habituellement, pour anticiper tout forfait. Cela lui laisse un peu de marge pour conserver un groupe compétitif en cas de coup dur. Il pourrait aussi, si un des joueurs blessés venait à jeter l’éponge, se tourner vers les Espoirs. L’équipe de Sylvain Ripoll a l’avantage d’être également à Clairefontaine pour préparer ses échéances décisives en vue des qualifications pour l’Euro-2021.