Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Feuilleton USA-Huawei : Un accord en discussion entre Wanzhou et Washington


le Dimanche 6 Décembre 2020

Meng Wanzhou pourrait retourner en Chine en échange d’aveux. Mais la responsable de Huawei est réticente à reconnaitre des faits qu’elle considère erronés.



Feuilleton USA-Huawei : Un accord en discussion entre Wanzhou et Washington
Le département américain de la Justice discute avec Meng Wanzhou d’un accord qui permettrait à la directrice financière de l’équipementier télécoms chinois Huawei Technologies de retourner en Chine en échange d’aveux, a déclaré jeudi une personne proche du dossier. 

Les négociations entre les avocats de Meng Wanzhou, qui se trouve au Canada depuis son arrestation à l’aéroport de Vancouver en décembre 2018, et le département américain de la Justice ont repris après l’élection présidentielle du 3 novembre aux Etats-Unis, a indiqué cette source.

Selon le Wall Street Journal, qui a rapporté en premier lieu l’information, les avocats de Meng Wanzhou et des représentants du département de la Justice ont discuté de la possibilité de conclure un «accord de poursuites suspendues». Meng Wanzhou serait alors contrainte de reconnaître une partie des accusations la visant, et les procureurs accepteraient alors de reporter puis d’abandonner les poursuites.

La source a déclaré toutefois que Meng Wanzhou, qui estime n’avoir commis aucune malversation, est réticente à l’idée d’admettre des faits qu’elle considère erronés.

L’accord ne semble pas faire partie d’échanges plus larges avec Huawei, a ajouté la même source. 

Le mandat d’arrêt délivré par les Etats-Unis, qui a conduit à l’arrestation de la directrice financière de Huawei le 1er décembre 2018 au Canada, s’appuie sur des soupçons d’infraction aux sanctions américaines contre l’Iran.

Pékin clame l’innocence de Wanzhou 
Meng Wanzhou, 48 ans, a été inculpée de fraude bancaire et fraude électronique, pour avoir notamment trompé HSBC et d’autres banques sur des contrats négociés par le groupe chinois avec Skycom Tech, une entreprise opérant en Iran et considérée comme une société écran.

Meng Wanzhou a siégé au conseil d’administration de Skycom entre février 2008 et avril 2009, selon les dépôts au registre de Skycom Tech, dont le siège est à Hong Kong.

Selon Huawei, Skycom est seulement un partenaire commercial local, mais d’après les procureurs américains, l’entreprise est en réalité une filiale non officielle du groupe chinois utilisée pour dissimuler ses activités en Iran.

Les autorités américaines accusent Huawei de s’être servi de Skycom pour obtenir des biens, des technologies et des services d’origine américaine en infraction avec l’embargo qui frappe l’Iran.

La porte-parole du ministère chinois des Affaires étrangères, Hua Chunying, a déclaré lors d’un point presse que Meng Wanzhou était innocente et que les EtatsUnis avaient «chorégraphié» l’affaire pour réprimer les entreprises chinoises de haute technologie. Elle n’a fait aucun commentaire direct sur l’accord. En Bourse, les actions des fournisseurs de Huawei comme Wus Printed Circuit Kunshan, Shennan Circuits et Hon Hai Precision Industry ont augmenté à la suite de cette information. 

  


Dans la même rubrique :
< >

Jeudi 14 Janvier 2021 - 18:20 USA : Un second « Impeachement » pour Trump