Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Fermeture du gazoduc GME : bientôt un terminal méthanier à Mohammedia


Rédigé par Kawtar Chaat le Mardi 4 Janvier 2022

Une nouvelle solution alternative au gaz algérien se fait attendre. Le port de Mohammedia a été choisi pour accueillir le premier terminal méthanier marocain, équipé d'une unité de conversion du gaz liquéfié en gaz naturel.



Fermeture du gazoduc GME : bientôt un terminal méthanier à Mohammedia

Quelques semaines après la fermeture du gazoduc entre le Maghreb et l'Europe, des solutions alternatives au gaz algérien ont progressivement vu le jour. L’Agence nationale des ports (ANP) vient de lancer un appel d'offres pour la modernisation du poste C du Port de Mohammedia, dans le but d'installer un terminal gazier et une unité flottante de stockage et de regézéfication.

 

L'installation de cette infrastructure a été précédée par une étude traitant différents aspects (analyse des données, plan de masse, sécurité, manœuvrabilité, amarrage, avant-projet, etc.).

 

« Le plan directeur portuaire national (PDPN) à l’horizon de 2030 a donné au port de Mohammedia la vocation d’un port énergétique. Dans ce cadre et afin d’accompagner la stratégie nationale pour l’approvisionnement du Maroc en gaz naturel et garantir une productivité plus performante du port, l’ANP projette d’étudier l’implantation d’un terminal pour GNL et FSRU », indique cette agence publique, dans le Cahier des prescriptions spéciales (CPS).

 

Le premier appel à manifestation d'intérêt (AMI) portant sur la construction d'une unité de conversion de GNL en gaz naturel au large des côtes marocaines a été lancé en avril 2021 par le ministère de l'Energie, alors dirigé par Aziz Rabbah.

 

Ce nouveau projet doit permettre au Maroc d'importer du gaz naturel liquéfié (GNL) par voie maritime, et de le regazéifier pour le distribuer aux clients opérant dans l'industrie, ainsi qu'aux centrales électriques exploitées par l'Office national de l'électricité et de l’eau (ONEE).

 

Pour mémoire, Leila Benali, ministre de la Transition énergétique et du Développement durable, a décidé, le 15 octobre, de prolonger de dix jours la période de consultation de l’AMI, jusqu'au 25 octobre 2021. Une décision motivée par la volonté de plusieurs grandes entreprises nationales et internationales de prendre part à ce projet d'importance stratégique pour le Royaume.

 

Cette infrastructure est l'une des alternatives au Gazoduc Maghreb-Europe (GME), qui fournissait en gaz naturel l'Espagne via le Maroc, et que le régime algérien a décidé de fermer à compter du 1er novembre 2021. Une partie du gaz du voisin maghrébin qui transitait par le GME servait également à alimenter les deux centrales électriques, Ain Beni Mathar et de Tahaddart, désormais fermées.