Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Fake news : le Maroc n’a aucun lien avec l’échec d’une manifestation pro-polisario en France


Rédigé par Hajar Lebabi le Samedi 28 Novembre 2020

Une manif de supposés pro-polisariens financée par des services étrangers a fait pschitt en raison d’une grossière erreur de timing, puisque programmée en même temps et au même lieu que la gigantesque manifestation contre la loi française « sécurité globale».



Cette opération téléguidée qui devait se dérouler aujourd’hui samedi 28 novembre à la Place de la République à Paris investie depuis les premières heures de la journée par des milliers de manifestants outrés par les dépassements sécuritaires dans l’hexagone, est donc passée inaperçue dans le paysage audiovisuel français (PAF). Ceci en dépit des escarmouches auxquelles elle a donné lieu entre pro-séparatistes et contremanifestants marocains. Ce qui n’a pas empêché le Polisario et l’Algérie d’attribuer cet échec à une supposée manipulation marocaine. La guerre de la désinformation continue. 

Plusieurs jours déjà avant cette manifestation organisée par la  sulfureuse Plateforme des associations françaises de solidarité avec le “peuple sahraoui” et le non moins scabreux collectif de la communauté des sahraouis de France, les polisariens avaient commencé leur campagne de désinformation contre le Maroc. Selon des informations erronées relayées par les médias algériens, le Royaume aurait manoeuvré pour faire capoter ladite manifestation !

Sauf qu’il n’y en aura vraiment pas besoin de manipulation, puisque le jour j, et en raison d’une grossière erreur de timing, le lieu fixé comme théâtre de cette tentative de diversion sur la déculottée subie par le polisario et ses sponsors algériens au niveau du poste de Guergarat, accueillait une manifestation autrement plus importante. Et tout naturellement, la manip médiatique dirigée vers les médias hexagonaux et internationaux a viré au fiasco. 
 
En effet, des milliers de manifestants français se sont rassemblés, ce samedi, à la Place de la République contre la proposition de loi «sécurité globale» qui prévoit entre autres dispositions litigieuses, l’interdiction de filmer les forces de l’ordre en service. Ces manifestations interviennent alors que l’opposition au texte est désormais amplifiée par une série d’affaires de violences policières.

Les manifestants français étant largement plus nombreux que les séparatistes, ces derniers se sont noyés dans la masse en dépit de leurs gesticulations et gestes violents et agressifs à l’encontre de contremanifestants marocains.