Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

FMI : le Maroc compte racheter une partie de la ligne de précaution et de liquidité

(Mise à jour : 23 décembre à 19:30)


Rédigé par La rédaction le Mercredi 23 Décembre 2020

Le Maroc compte racheter prochainement une partie de la ligne de précaution et de liquidité (LPL), débloquée en avril dernier, selon le Fonds monétaire international (FMI) qui a salué cette décision.



L'information a également été confirmée par la tutelle et Bank Al Maghrib dans un communiqué, soulignant que le remboursement sera d’un montant de 651 millions de DTS (Droits de Tirage Spéciaux), soit l’équivalent de près de 936 millions de dollars américains ou 8,4 milliards de dirhams. Cette opération sera effective le 8 janvier 2021.

De son côté, le FMI a indiqué plus tôt dans la journée, que la décision de recourir à l'accord LPL en avril 2020 avait contribué à atténuer les pressions financières extérieures et à maintenir les réserves officielles à un niveau adéquat. Et d’ajouter qu’avec ce rachat le suivi post-programme «n’est plus nécessaire»,  «Les administrateurs se réjouissent de la poursuite de l'engagement étroit du Fonds avec les autorités marocaines», ajoute-t-on.
 
L’institution financière a également salué les mesures exceptionnelles adoptées par Bank Al-Maghreb pour atténuer l'impact de la crise sanitaire «sur les marchés financiers et l'économie réelle», appelant à la consolidation de la gestion et du reporting des risques budgétaires associés.
Par ailleurs, le FMI a salué l'engagement des autorités à «étendre le système de protection sociale pour généraliser sa couverture, rendre l'accès aux prestations plus équitable et améliorer le ciblage et l'efficacité des dépenses».
 
Rappelons que le Maroc avait tiré les 3 milliards de dollars de la ligne de précaution et de liquidité du FMI. En septembre dernier, le Royaume a levé 1 milliard d'euros sur le marché financier international et, en début du mois courant, 3 milliards de dollars, à des conditions intéressantes au vu de la conjoncture économique.

  


Dans la même rubrique :
< >