Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Etats-Unis : La recrudescence du covid-19 menace la réélection de Trump


le Vendredi 3 Juillet 2020

De 40.000 cas le bilan pourrait passer à 100.000 par jour, la régénération du virus aux USA menace de freiner la réélection de Trump.



Etats-Unis : La recrudescence du covid-19 menace la réélection de Trump
L’Organisation mondiale de la santé (OMS) a prévenu que la pandémie continuait à s’aggraver dans le monde, notamment aux Etats-Unis où un niveau record de nouveaux cas a été atteint mercredi avec plus de 50.000 nouvelles contaminations en 24 heures.

Le docteur Anthony Fauci, directeur de l’Institut national des maladies infectieuses et membre de la «task force coronavirus», appréhende une hausse des cas du covid-19 aux USA allant jusqu’à 100.000 par jour. 

«Nous avons maintenant plus de 40.000 nouveaux cas par jour. Je ne serais pas surpris que nous passions à 100.000 par jour si ça ne change pas», a-t-il prévenu, devant une commission sénatoriale. La sonnette d’alarme est tirée: «Il est évident que nous n’avons pas le contrôle total actuellement.» Jusque-là, le nombre maximum de nouveaux cas de contamination en 24h n’avait jamais dépassé le cap des 35.000. Mais ce mardi, le dernier bilan journalier de l’université Johns Hopkins recensait 42.528 nouvelles infections et 1.199 morts en 24 heures.

Aux États-Unis, le gouvernement fédéral émet des lignes directrices et il appartient à chaque État de décider de leur politique de déconfinement. Cependant, la plupart d’entre eux n’ont pas suivi les recommandations de Washington. Ainsi, des États comme la Floride, l’Arizona ou le Texas, qui avaient actionné le déconfinement, ont dû rétropédaler après avoir observé une recrudescence du nombre de cas de contaminations et de décès.

Si certains, le Président Trump en tête, imputent ces chiffres monstres au nombre de tests qui ont été conduits, des analyses approfondies montrent que l’Europe conduit –en proportion– plus ou moins le même nombre de tests avec des résultats cruellement différents. 

La situation et aussi la gestion de la pandémie aux USA leur en valait d’être exclus de la réouverture européenne figurent les Etats-Unis.

Une étude publiée mercredi indique que la pandémie a causé au moins 18% de morts de plus qu’une année normale aux EtatsUnis, et jusqu’à trois fois plus à New York, très durement touchée.

En tout, Plus de 2,6 millions de cas de contaminations et plus de 120.000 morts ont été déplorés aux Etats-Unis.

Menace sur la réélection de Trump

A trois mois d’une présidentielle américaine d’ores et déjà chamboulée par la pandémie, Donald Trump, très critiqué pour sa gestion de la crise, s’est néanmoins dit mercredi convaincu que le coronavirus allait «simplement disparaître» à «un certain moment».

Mais les rangs des rangs des élus sont submergés d’inquiétude alors que la campagne présidentielle gagne en intensité. À un peu plus d’un mois des conventions républicaines et démocrates, qui ouvrent officiellement la Présidentielle, les perspectives d’une sortie de crise sanitaire demeurent mauvaises. Selon un spécialiste des questions relatives à la société et la politique américaine, il n’y aura pas de campagne, au sens conventionnel du terme. Autrement dit, faire l’impasse sur les grands meetings et les débats publics pourrait bien fausser le processus électoral aux États Unis. 

Et là, aucun doute: c’est surtout le camp de Donald Trump qui pourrait pâtir d’une campagne comateuse.

«Donald Trump mise sur elle pour se relancer, car sans campagne, il ne sera pas élu. Seulement, il n’y aura pas de campagne. À moins que la situation s’améliore miraculeusement, ou qu’il marche sur la lune, il ne pourra pas rattraper son retard sur Joe Biden», estime Jean-Éric Branaa.

Depuis près d’un mois, il est derrière le candidat démocrate Joe Biden dans tous les sondages, tant au niveau national qu’au niveau des États. L’issue de l’élection de 2016, qui avait vu Trump déjouer tous les pronostics, invite tout de même à la prudence. Mais à ce jour, le Président sortant paraît en mauvaise posture.

  


Dans la même rubrique :
< >