Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Etats-Unis : La politique étrangère de Biden, entre rupture et continuité


le Dimanche 24 Janvier 2021

Joe Biden veut marquer la rupture avec la politique étrangère de son prédécesseur, mais sur plusieurs dossiers, Chine, Iran ou Palestine la continuité se profile.



Etats-Unis : La politique étrangère de Biden, entre rupture et continuité
«Nous allons réparer nos alliances», a promis le nouveau président des Etats-Unis lors de son investiture.

Washington a réintégré l’accord de Paris sur le climat et l’Organisation mondiale de la santé (OMS), signalant son retour dans les institutions multilatérales après quatre années d’unilatéralisme forcené. Au grand soulagement de la communauté internationale, Joe Biden a aussi ouvert la voie à une prolongation de cinq ans de New Start, dernier grand traité de désarmement nucléaire avec la Russie.

Autre virage remarquable, à l’égard de l’Arabie saoudite, alliée proche de l’administration Trump: le futur secrétaire d’Etat Antony Blinken entend mettre fin au soutien américain à la coalition militaire menée par Ryad dans la guerre au Yémen, accusée de nombreuses bavures. 

La nouvelle directrice du renseignement américain Avril Haines s’est engagée à rendre public un rapport confidentiel sur l’assassinat en 2018 du journaliste saoudien Jamal Khashoggi par des agents de son pays. Mais au-delà de ces ruptures emblématiques, l’administration Biden pourrait se contenter d’un changement de ton et de tactique plus que de stratégie. 

Quand Trump avait raison
Paul Poast, professeur à l’Université de Chicago, relève que la politique étrangère américaine depuis la fin de la Guerre froide a toujours visé à préserver la primauté des Etats-Unis, un défi encore plus pressant avec la montée en puissance de la Chine. «Peut-être que la rhétorique change un peu mais quel que soit le président, le but ultime reste le même. Et avec Biden, je ne m’attends pas à ce que cela change».

Antony Blinken est allé jusqu’à reconnaître devant les sénateurs que Donald Trump avait «eu raison d’avoir une position plus ferme face à la Chine», tandis que d’autres responsables démocrates rivalisaient de fermeté pour faire taire les procès en faiblesse intentés côté républicain. Le prochain secrétaire d’Etat a aussi confirmé que Washington continuerait de considérer l’opposant Juan Guaido comme président du Venezuela, qualifiant le dirigeant Nicolas Maduro de «dictateur brutal» -- une formule que son prédécesseur, Mike Pompeo, ne renierait pas.

Et à gauche comme à droite, nul n’entend vraiment revenir sur les retraits d’Afghanistan ou d’Irak après des années de «guerres sans fin».

Blinken : Jérusalem capitale d’Israël
Les États-Unis ne reviendront pas sur la décision controversée de Donald Trump de reconnaître Jérusalem comme capitale d’Israël, a déclaré Antony Blinken. L’ambassade américaine, transférée à Jérusalem depuis Tel Aviv, va aussi y demeurer, a-t-il ajouté. Le futur chef de la diplomatie américaine a ajouté que le président élu des États-Unis Joe Biden considérait que la seule issue viable au conflit israélopalestinien était «la solution à deux États». «Le président pense comme moi que la meilleure manière, peut-être la seule manière d’assurer à Israël son avenir en tant qu’État juif démocratique, et de donner aux Palestiniens l’État auquel ils ont droit, c’est la solution dite à deux États», at-il affirmé. Devant les sénateurs américains, il a toutefois reconnu qu’une telle solution n’était pas «réaliste» à «court terme», appelant dans l’immédiat Israéliens et Palestiniens à «éviter des mesures unilatérales qui rendent cela encore plus complexe».

Antony Blinken a également assuré que «l’engagement» du futur gouvernement américain «en faveur de la sécurité d’Israël» était «sacro-saint». Phyllis Bennis, du cercle de réflexion proche de la gauche américaine Institute for Policy Studies, y voit la preuve que Joe Biden ne sera pas aussi radical en diplomatie qu’en termes de lutte contre les inégalités économiques et raciales ou contre le changement climatique.

Le verre à moitié plein à moitié vide
«Les mesures de Trump visaient à plaire aux éléments les plus extrémistes de la vie politique israélienne, et si Biden ne les annule pas, la position américaine devient une manière de normaliser ces extrêmes», déplore-t-elle. Même s’agissant de l’Iran, le verre peut être vu à moitié plein ou à moitié vide.

Biden veut revenir dans l’accord de 2015 censé empêcher Téhéran de se doter de la bombe atomique, dont Donald Trump avait claqué la porte en le jugeant insuffisant.

Mais là aussi, Antony Blinken et la nouvelle équipe ont martelé leur intransigeance à l’égard des «activités déstabilisatrices» de l’Iran, et prévenu que c’était à la République islamique de faire le premier pas -- ce qui présage de tractations ardues. Certes, sur la Chine, l’Iran ou la Corée du Nord, le maître mot est désormais «en concertation avec nos alliés», comme pour mieux s’opposer au cavalier seul trumpiste.

Mais sur le fond, la politique portée par Antony Blinken, dont les sénateurs doivent confirmer la nomination dans les prochains jours, semble avoir fait bonne impression jusque dans les rangs républicains.

«C’est un bon début», s’est réjoui Lindsey Graham, fidèle soutien de Donald Trump au cours de son mandat.

Des destroyers américains en mer de Chine  
Un groupe aéronaval américain, mené par le porte-avion Theodore Roosevelt est entré en mer de Chine du Sud pour promouvoir la «liberté des mers», a annoncé dimanche l’armée américaine, alors que les tensions reprennent entre la Chine et Taïwan, suscitant l’inquiétude de Washington. Les navires de guerre sont entrés dans la zone samedi, le jour même où Taïwan dénonçait une large incursion de l’aviation chinoise dans son espace aérien, près des îles Pratas. Huit bombardiers chinois et quatre avions de chasse, avaient été envoyés par la Chine, selon Taïwan.

L’armée américaine a fait savoir que le groupe aéronaval est entré dans cette zone revendiquée par la Chine, pour conduire des opérations de routine «afin d’assurer la liberté des mers, et créer des partenariats pour améliorer la sécurité maritime».

«Alors que les deux tiers du commerce mondial transitent par cette zone déterminante, il est vital que nous maintenions notre présence et continuions de promouvoir les règles de droit qui nous ont permis prospérer», a déclaré le contre-amiral Doug Verissimo dans un communiqué. L’annonce intervient quelques jours seulement après l’investiture de Joe Biden à la présidence américaine.  

 

  


Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 13 Juin 2021 - 18:14 Marge du G7: Bras de fer USA-Chine

Dimanche 13 Juin 2021 - 18:07 Algérie: Une APN qui n’a rien de populaire