Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Etats-Unis : Entre Covid-19 et expulsion, sale temps pour les étudiants étrangers


le Vendredi 10 Juillet 2020

Des milliers d’étudiants étrangers aux Etats-Unis se trouvent désormais entre le marteau des expulsions et l’enclume de la flambée de la pandémie.



Des étudiants sur le campus de l’université de Georgetown à Washington DC, le 7 mai 2020.
Des étudiants sur le campus de l’université de Georgetown à Washington DC, le 7 mai 2020.
Ils sont plus de 40.000 étudiants étrangers dans les universités publiques de Californie, et près de 5.000 à Harvard, des établissements qui ont prévu de ne proposer que de l’enseignement en ligne cet automne.

Selon une décision annoncée lundi par la police de l’immigration américaine (ICE) - et contestée en justice par Harvard et le MIT - ils n’ont plus le droit de séjourner sur le territoire américain, victimes collatérales d’un coup de force de Donald Trump pour faire rouvrir toutes les écoles et universités du pays malgré la pandémie.

«Je pourrais être touché s’ils ne proposent pas de cours en personne», s’inquiète Taimoor Ahmed, 25 ans, étudiant pakistanais à l’université publique de Cal State Los Angeles. «Je suis inquiet, ça pourrait changer mon avenir et mes projets.»

Un autre, inscrit en master d’une grande université texane, explique qu’il pensait poursuivre les cours en ligne cet automne, par précaution face à la pandémie, après avoir déjà suivi le dernier semestre à distance. Mais cet étudiant indien de 25 ans est désormais obligé de retourner physiquement à l’université, sous peine de perdre son visa. «Le coût du traitement médical (en cas d’hospitalisation liée au coronavirus) est beaucoup plus élevé que dans mon pays», dit-il, sous couvert d’anonymat. «Donc j’ai peur».

Une cruauté doublée d’insouciance

Dans le recours déposé auprès du tribunal de district américain de Boston, les universités soutiennent que les directives sont conçues pour les forcer à rouvrir pour les cours en personne, même si elles ne pensent pas que les conditions sont sûres.

«Sa cruauté n’a dépassé que son insouciance», a déclaré Lawrence Bacow, président de Harvard, dans un message annonçant les dépôts fédéraux. «Il semble qu’il ait été conçu à dessein pour faire pression sur les collèges et les universités afin qu’ils ouvrent leurs salles de classe sur le campus pour un enseignement en personne cet automne, sans se soucier de la santé et de la sécurité des étudiants, des instructeurs et autres». Aujourd’hui, la majorité des universités américaines (84% selon le site Chronicle of Higher Education) s’orientent vers une formule en personne ou hybride, mêlant cours virtuels et enseignement sur le campus, qui permettrait à leurs étudiants étrangers d’échapper à l’expulsion dont les menace la nouvelle mesure de l’administration Trump.

Certaines, comme l’université de Californie du Sud (USC) qui était partie pour faire quasiment tout en ligne, travaillent à une nouvelle formule pour offrir davantage de cours en personne.

Mais beaucoup redoutent une résurgence de la pandémie à l’automne, qui contraindrait les établissements à basculer complètement en ligne, et pousserait les étudiants étrangers au départ. «Ils ne peuvent pas contrôler le virus. Ça peut mal tourner», dit la future ingénieure indienne, 25 ans, sous couvert d’anonymat. «Ça me semblerait vraiment injuste que les étudiants étrangers pâtissent de l’aggravation de la pandémie alors qu’ils n’y sont pour rien». 

Des décisions à même d’affaiblir le système éducatif

Après avoir doublé en 15 ans, le nombre d’étudiants étrangers aux Etats-Unis piétine depuis 2015, à quelque 1,09 million en 2019, selon l’Institut de l’Education internationale (IEE).

Les tarifs prohibitifs de la plupart des grands établissements américains, la montée en puissance d’universités concurrentes, en Europe notamment, et la politique migratoire de Donald Trump ont rendu les Etats-Unis moins attractifs.

Les décisions récentes «risquent d’affaiblir l’un des plus grands atouts des Etats-Unis, à savoir son système éducatif, le meilleur au monde» pour les études supérieures, avertit Aaron Reichlin Melnick, du Conseil américain sur l’immigration (AIC).

Jusqu’ici, la future ingénieure indienne d’Arizona se voyait rester aux Etats-Unis pour un doctorat, voire plus. Mais aujourd’hui, elle hésite, «vu la façon dont l’administration américaine traite les immigrés et les gens sous visa temporaire».

  


Dans la même rubrique :
< >