Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Etats-Unis : Contaminations en série dans l’entourage de Trump hospitalisé


le Dimanche 4 Octobre 2020

Donald Trump a traversé une période « très préoccupante », vendredi, qui l’a obligé, dans sa lutte contre le Covid-19, à se faire hospitaliser.



Etats-Unis : Contaminations en série dans l’entourage de Trump hospitalisé
Trump a offert sa propre évaluation samedi soir dans une vidéo du centre médical militaire national Walter Reed, affirmant qu’il commençait à se sentir mieux et espérait `` être de retour bientôt‘’.

Quelques heures plus tôt, le chef de cabinet Mark Meadows a déclaré aux journalistes à l’extérieur de l’hôpital: « Nous ne sommes toujours pas sur la voie d’un rétablissement complet ». Dans une mise à jour sur le président samedi soir, son médecin en chef a exprimé un optimisme prudent mais a ajouté que le président n’était « pas encore sorti du bois ». Les comptes rendus variables, et parfois contradictoires, ont créé une crise de crédibilité pour la Maison Blanche, à un moment crucial avec la santé du président et le leadership de la nation en jeu. Alors que Trump devrait rester hospitalisé plusieurs jours de plus et que l’élection présidentielle approche, son état est surveillé avec anxiété par les Américains.

De plus, la santé du président représente une question de sécurité nationale d’une importance primordiale, non seulement pour les fonctions du gouvernement américain mais pour les pays du monde entier, amis ou autres.

L’exposé de samedi par le commandant de la Marine, le Dr Sean Conley, et d’autres médecins a soulevé plus de questions qu’il n’a donné se réponses. 

Conley a refusé à plusieurs reprises de dire si le président avait jamais besoin d’un supplément d’oxygène, malgré des interrogations répétées, et a refusé de partager des détails clés, notamment le niveau de fièvre que Trump avait eu avant qu’elle ne revienne à une plage normale. Conley a également révélé que Trump avait commencé à présenter des « indications cliniques » du Covid-19 jeudi après-midi, plus tôt que prévu.

Conley a passé une grande partie du briefing à éviter les questions des journalistes, car il était pressé pour plus de détails.

Mais selon une personne familière avec l’état de Trump, Trump a reçu de l’oxygène à la Maison Blanche vendredi matin, bien avant d’être transporté à l’hôpital militaire par hélicoptère ce soirlà. La personne n’était pas autorisée à parler publiquement et n’a parlé à l’Associated Press que sous couvert d’anonymat.

Dans la vidéo de l’hôpital, Trump a défendu sa décision de continuer à faire campagne et à organiser de grands événements au milieu d’une pandémie.

« Je n’avais pas le choix », a déclaré Trump, qui a refusé de se conformer aux recommandations de base de santé publique, y compris le port de masque. « Je devais être devant... Je ne peux pas être enfermé dans une pièce à l’étage et totalement en sécurité... En tant que leader, vous devez faire face à des problèmes ».

Cascade de contaminations dans l’entourage présidentiel
Par ailleurs, il est apparu au fil des heures que la Maison Blanche était liée à de multiples contaminations.

En effet, la liste des proches de Donald Trump infectés par le Covid-19 s’allonge: après son épouse Melania, sa conseillère Hope Hicks, son directeur de campagne Bill Stepien, trois sénateurs républicains, l’ancienne conseillère Kellyanne Conway, l’actuel conseiller Chris Christie.... Sans compter trois journalistes accrédités.

Au moment de chercher à retrouver l’origine de ces nouveaux cas dans les hautes sphères républicaines, un événement retient l’attention: samedi dernier, des dizaines d’invités se sont pressés dans les jardins et les salons intérieurs de la présidence pour la nomination de la juge Amy Coney Barrett à un siège de la Cour suprême. Les caméras ont filmé quantité de mains serrées et d’embrassades, la plupart des invités omettant le port du masque, pratique manifestement érigée chez les républicains comme une marque de loyauté.

La campagne présidentielle est de ce fait chamboulée, et des déplacements ont été annulés, son directeur de campagne étant lui aussi été contaminé. Aussi l’incertitude plane sur les prochains débats télévisés, notamment celui prévu après demain mercredi et censé opposer les colistiers, le vice-président Mike Pence et la sénatrice démocrate Kamala Harris.