Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Espagne : Protestations anti-restrictions, une cinquantaine d'arrestations


Rédigé par La rédaction avec AFP le Dimanche 1 Novembre 2020

L'Espagne a connu, samedi, une nouvelle journée de protestations contre les restrictions imposées pour freiner la propagation du coronavirus, qui se sont transformées pour la deuxième nuit consécutive en émeutes et en affrontements violents avec les forces de sécurité à Madrid, Barcelone, Logroño, Malaga, Vitoria, Saint-Sébastien, Bilbao et Santander.



Espagne : Protestations anti-restrictions, une cinquantaine d'arrestations
Les manifestations, qui se sont étendues à d'autres régions du pays par rapport à celles qui se sont produites vendredi, ont mené jusqu'à présent à l’arrestation de 46 personnes dans l’ensemble du territoire espagnol - 32 à Madrid, 6 à Logroño, 4 à Bilbao et 4 autres à Santander -, alors que 11 agents de police ont été blessés.

Les participants à ces manifestations ont été convoquées à travers les réseaux sociaux pour contester le couvre-feu et les confinements proclamés dans différentes communautés autonomes à partir de vendredi dernier.

Dans certaines villes comme Madrid, Barcelone et Logrono, ces manifestations violentes ont été suivies d'actes de vandalisme et de pillages. Les images diffusées par la télévision publique espagnole montrent des manifestants mettant le feu à des bennes à ordures et érigeant des barricades de fortune dans les principales artères de la capitale.

Les participants, qui réclament la liberté face aux mesures de restriction imposées par le gouvernement, ont jeté des pierres et des fusées éclairantes sur des agents de police. Le chef du gouvernement espagnol, Pedro Sanchez, a qualifié d'«intolérable» l’attitude «violente et irrationnelle» des manifestants.

«C'est uniquement à travers la responsabilité, l'unité et le sacrifice que nous pourrons vaincre la pandémie qui dévaste tous les pays», a souligné M. Sanchez sur les réseaux sociaux, tout en condamnant les troubles survenus dans plusieurs villes depuis vendredi soir.

De son côté, le vice-président chargé des droits sociaux et de l'Agenda 2030 et secrétaire général de Podemos, Pablo Iglesias, a accusé l'extrême droite de promouvoir des émeutes nocturnes dans plusieurs villes.

L’Espagne a décrété, dimanche dernier, un nouvel état d’alerte de 15 jours suite à la propagation alarmante du nouveau coronavirus dans le pays. Cette mesure a été prolongée, jeudi dernier, jusqu'au 9 mai 2021 par le Congrès des députés.

Selon les termes de l’état d’alerte, un couvre-feu s'applique de 23 heures à 6 heures du matin dans l’ensemble du territoire espagnol, à l’exception des Iles Canaries, où le taux d’incidence est faible.

D'autre part, la déclaration de l'état d'alerte permet aux Communautés autonomes de confiner tout ou une partie de leurs territoires.