Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Entreprises en arrêt, capacité litière, plan de relance…le CVE de Casablanca-Settat fait le point


Rédigé par S.J le Jeudi 4 Juin 2020

La première réunion du Comité de veille économique de la région de Casablanca-Settat a été une occasion dresser le bilan sur la situation épidémique dans les villes de la région, tout en mettant le point sur les actions à venir limiter les risques de la crise sanitaire.



Casablanca en mode "confinement".
Casablanca en mode "confinement".
Rappelons que cette rencontre intervient en application des instructions royales visant à mettre en place des mécanismes efficients pour gérer les répercussions de la pandémie et prendre davantage de mesures d'accompagnement destinés à atténuer son impact socio-économique au Maroc.

Présidée par le wali de la région, gouverneur de la préfecture de Casablanca, Said Ahmidouch, cette réunion a connu la participation du président du Conseil de la région, Mustapha Bakkoury, du président du Conseil communal de Casablanca, Abdelaziz El Omari, et du président de la Confédération générale des entreprises du Maroc (CGEM), Chakib Alj.

Au début de la réunion, M. Ahmidouch a mis en exergue l’importance de la mise en place du Comité régional. Il a expliqué qu’il s’agit d’un «mécanisme pour le diagnostic» qui permet d’un coté de diagnostiquer la situation économique dans la région, il permet également d’élaborer un plan d’action pour accompagner la relance de l’activité économique sur au plan régional. Et de préciser que les Comités régionaux seront également une force de proposition pour le CVE national.

Ainsi, le Wali a incité l’ensemble des acteurs professionnels à mettre en oeuvre les mesures et les engagements émanant des autorités publiques, insistant sur la fédération des efforts de l’ensemble des intervenants publics et du tissu économique pour assurer la reprise dans la région et le renouement avec sa dynamique habituelle.

L’impact de la crise est lourd

De son côté, le président du Patronat, Chakib Alj, a souligné que les impacts de cette crises sont «très lourds», précisant que le nombre d’entreprises ayant été en arrêt d’activité partiel ou complet au niveau de la région s’élève à 44.000 unités, et ce, au niveau de tous les secteurs. En effets, le secteur du textile et habillement a accusé une baisse de 55% du CA et de 71% de l’emploi, cuir (-55% du CA et de 85 de l’emploi), l’automobile (-50% du CA et -60% de l’emploi), (matériaux de construction -40% du CA et -48% de l’emploi), chimie et carachimie (-39% du CA et - 42 de l’emploi), agroalimentaire (- 31% du CA et - 30% de l’emploi),  matériel électrique et électronique (-38% du CA et - 54 de l’emploi), (métallurgie, mécanique et électromécanique  (-31% du CA et - 55% de l’emploi), aéronautique : - 25% du CA et -47% de l’emploi). Ainsi, il a insisté sur l’impératif d’une réponse «intégrée et inclusive». M. Ajl s’est en outre, félicité de la qualité du partenariat entre la CGEM et les ministères de l’Intérieur et de la Santé, qui vise à lancer une campagne de dépistage massive pour les entreprises du secteur privé. Une opération qui s’avère nécessaire surtout que plusieurs clusters industriels ont été enregistrés dans la région de Casablanca Settat, durant les derniers mois. Selon des chiffres exposés lors de la réunion, environ 1000 cas positifs ont été enregistrés dans les milieux professionnels, durant l’état d’urgences sanitaire.  

Par ailleurs, Mme Nabila Rmili, déléguée régionale de la Santé publique pour Casablanca-Settat, s’est félicitée, de construction en un temps record, de l'hôpital de campagne, où l'hospitalisation est effectuée sous pression négative et où il reste encore quelques lits occupés. Rappelons que le nombre de lits occupés jusqu’au 3 juin était de 361, sachant que la capacité litière dédiée au coronavirus, dépasse les 2000 lits. A cette occasion, les intervenants ont unanimement salué «le patriotisme et les efforts consentis par l’ensemble des autorités publiques et les services administratifs qui ont été mobilisés durant cette période exceptionnelle, notamment le personnel médical, les agents d’autorité et les services de sécurité».

Ceci dit, le Comité devra formuler des propositions «concrètes» pour relancer l’économie, mettre en œuvre les mesures «appropriées» et engager un dialogue sur les problématiques de l’ensemble des secteurs.