L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search





Actu Maroc

Energies renouvelables : Impact des chantiers sur les régions hôtes


Rédigé par Mohamed Elkorri Jeudi 21 Septembre 2023

Les recherches d’une anthropologue de l’Université du Kentucky visent à « démocratiser le savoir » dans les villes connaissant un volume croissant des chantiers de énergies renouvelables. Détails.



Karen Rignall, anthropologue culturelle et professeure associée à l’Université du Kentucky, aux Etats Unis, a donné, lundi 18 septembre, une conférence sous le thème :« Afterlives of Extraction in Morocco’s Renewable Energy Transition » (Les séquelles de l’extraction dans la transition vers les énergies renouvelables au Maroc). 


Dans son exposé, la professeure Karen Rignall s’est penchée sur les énergies renouvelables, de l’exploitation minière et de l’extraction au Maroc ainsi que de la réaction des résidents locaux en matière de justice énergétique. Dans une certaine mesure, Rignall a déclaré que cette conférence était une extension des sujets abordés dans son livre « An Elusive Common : Land, Politics, and Agrarian Rurality in a Moroccan Oasis » (Un commun insaisissable : terre, politique et ruralité agraire dans une oasis marocaine).

Selon la conférencière, la comparaison entre les énergies renouvelables et l’extraction n’est pas une idée nouvelle. La découverte de similitudes dans les dynamiques sociales de Midelt et de Bleida, au Maroc, ne l’est pas non plus. Les sacrifices des habitants de ces régions du Maroc touchées par l’extraction et les installations d’énergie solaire comprennent des changements dans l’utilisation et l’accès aux terres détenues collectivement, la constatation de peu de gains en capital ou d’embauches et des niveaux élevés de consommation d’eau et de pollution, a déclaré Mme Rignall.

Elle a, en outre, indiqué que « les habitants des villes protestent dans certaines circonstances. Par exemple, des civils ont désapprouvé l’installation d’énergie solaire d’une famille marocaine. Ils s’inquiétaient de l’impact de cette action sur l’utilisation des terres et l’approvisionnement en eau. Mais les habitants des villes marocaines touchées par l’extraction et l’énergie solaire ne s’organisent pas toujours pour protester vocalement ». « Souvent, ils n’ont pas l’air de se battre pour la justice environnementale », a déclaré Rignall. 

Au lieu de cela, les habitants utilisent des termes tels que tradition et droit coutumier. Certains mouvements politiques dans le Sud-Est du Maroc sont des mouvements de justice environnementale, peut-être pas dans le nom, mais dans les objectifs, a-t-elle ajouté. Dans d’autres cas, « les habitants de villes comme Bleida ont appris à vivre avec la mine parce qu’ils craignent ce qui arriverait si elle devenait inactive - elle offre une bouée de sauvetage aux habitants de la ville », soutient Mme Rignall.

Stratégie de la Professeure pour démocratiser le savoir 

Grâce à leurs recherches, Mme Rignall et ses partenaires espèrent démocratiser le savoir. Ils interrogent et font participer les acteurs locaux afin de soutenir la résolution des conflits et de développer un dialogue social. Essentiellement, le groupe de recherche de Mme Rignall crée un mouvement « Connaissez vos droits » et développe une collection de ressources, d’instruments et d’analyses qui seront mis à la disposition des habitants de la ville. Selon la professeure, le fait de poser les bonnes questions, comme celle de savoir pourquoi les habitants doivent vendre leurs terres aux entreprises contractantes ou pourquoi ils peuvent bénéficier d’un accord alors qu’ils sont également souverains, modifie le débat sur les types de revendications que les habitants peuvent formuler.

Avis d’expert marocain 

Dans ce sens, Dr Saïd Guemra, Energy Transition Operator, semble être d’accord avec la professeure Karen Rignall, en déclarant à « L’Opinion » qu’en effet, une grande majorité des opérateurs professionnels ignorent complètement le développement socio-économique des zones abritant leurs projets. « Normalement, la propriété privée doit être respectée. Les développeurs des projets renouvelables doivent veiller au développement de la région où ils vont bâtir leur projet. Ce qui n’est jamais le cas », a-t-il précisé.








🔴 Top News