Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Energie : Rabbah botte en touche face aux questions des universitaires de la Fondation Links


Rédigé par le Vendredi 26 Mars 2021

Dans le cadre de son cycle de conférences, la Fondation Universitaire Links a organisé ce vendredi 26 mars une conférence sous sur le thème « Les défis de la politique énergétique au Maroc ».



Afin de répondre aux innombrables questions suspendues qui entourent la politique énergétique du Maroc, la Fondation Links a invité Aziz Rabbah, Ministre de l’Énergie, des Mines et du Développement Durable.

Évasif dans ses réponses à une grande majorité des questions, le ministre a profité de l’occasion pour réexposer les grandes lignes de la stratégie énergétique au Maroc. A ce propos, Rabbah a mentionné le plan gouvernementale de développement de l’énergie hydrogène et a indiqué que « le Maroc peut attirer 4% des investissements internationaux » dans ce secteur.

Il s’agit également de la feuille de route établie pour l’exploitation du gaz dans l’industrie, ainsi que le nouveau plan minier qui prévoit de transformer la manière d’exploitation des mines. A cet égard, le ministre a expliqué que « les mines en Afrique sont exploitées d’une manière classique. Nous espérons pouvoir transformer ces dernières en mines stratégiques ».

Aussi, Rabbah a noté l’importance de la feuille de route de géologie, qui permet d’avoir une visibilité sur les richesses du Royaume, et ainsi les exploiter et attirer des investissements. « Ce n’est pas seulement une question stratégique, mais surtout une question de souveraineté », a-t-il souligné à ce propos.

Par ailleurs, le ministre de l’Énergie a également fait remarquer la relation linéaire qui existe entre la recherche et la prise de décision. Il n’a en outre pas manqué de vanter les 50 milliards de dirhams investis dans le domaine de l’énergie renouvelable jusqu’à présent, permettant la présence de 34 entreprises de différentes nationalités, dont uniquement cinq sont marocaines. Interrogé sur l'impact direct de ses investissements sur les petites et moyennes entreprises ainsi que sur les ménages, Rabbah s'est contenté de faire les louanges d'un « système fiscal attractif » à son sens, qui devrait suffire à encourager l'investissement national. 

Enfin, Rabbah a mis en exergue l’importance de diversifier les investissements et les partenaires et de faire de l’énergie une industrie à part entière et notamment transformer l’économie classique en économie verte. Une transformation qui toutefois nécessite la mise en place de réformes dans quatre aspects essentiels, à savoir le cadre réglementaire, le système institutionnel, le développement des ressources humaines et dans la recherche et développement.