L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   



Actu Maroc

Emploi : Une évolution graduelle et en dents de scie


Rédigé par Wolondouka SIDIBE le Jeudi 3 Mars 2022

La question de l’emploi revêt une grande importance, dans la mesure où elle constitue un élément clé de la croissance et pèse aussi sur le moral de la population. Le Haut-Commissariat au Plan lève le voile à travers une série d’enquêtes sur les principales caractéristiques de la population active occupée en 2021. Eclairage.



C’est une véritable immersion dans le paysage de l’emploi au Maroc qu’a fait le Haut-Commissariat au Plan (HCP) à travers cinq enquêtes consécutives et qui doivent interpeler tous les acteurs publics et privés. Tant il est vrai que les disparités et les inégalités sont présentes à tous les étages. Cependant, à travers les chiffres de ces enquêtes, l’optimisme est de mise.

De la couverture médicale au contrat de travail, en passant par le sous-emploi sans oublier le plein emploi et actifs occupés, tout y est dans ce décryptage. Déjà, le Maroc et la Banque mondiale avaient élaboré conjointement un document sur la création d’emploi où il ressort que celle-ci dépend de la diversification de l’économie. Pour ce faire, quatre conditions ont été retenues dont « l’accélération de la transformation structurelle pour créer des emplois plus nombreux et de meilleure qualité dans les secteurs à plus haute productivité », « la promotion de la formalisation et l’amélioration de la qualité des emplois ».

A cela s’ajoutent « l’accroissement de la participation des femmes au marché du travail (PFMT) et la facilitation de l’accès des femmes à des emplois de meilleure qualité » ainsi que « le soutien des jeunes dans leur passage des études au marché du travail et l’abaissement du taux élevé de chômage chez les jeunes ».

Dans ce contexte, le focus du HCP sur le paysage de l’emploi permet de comprendre les enjeux pour une meilleure correction afin que le travailleur soit dans toute sa plénitude. Dans cette optique, la première préoccupation reste la couverture médicale pour la population active.

Ainsi 25% des actifs occupés en ont bénéficié en 2021 grâce à leur emploi. Les villes sont bien loties avec 37,4% contre 7,9% pour la campagne, soit une légère hausse par rapport à 2020 où on a enregistré 24,7%.

Améliorer les conditions de travail

Parmi les secteurs d’activité, l’industrie vient en tête avec 45,4%, suivis de ceux relevant du secteur des services (36,9%), des BTP (11,7%) et de l’agriculture, forêt et pêche (4,6%). Il est clair que, par rapport à d’autres pays, le Maroc a fait un grand pas. Seulement, il peut encore faire mieux au regard de la dynamique enclenchée à travers les différentes mesures gouvernementales pour accompagner les entreprises afin d’améliorer les conditions de vie et de travail des employés.

Pour ce qui est du contrat de travail, ce sont plus de la moitié des salariés 54,6% qui ne disposent d’aucun document administratif formalisant leur relation avec l’employeur au titre de l’année 2021.

Ce chiffre interpelle à plus d’un titre car l’employé ne bénéficie pas de tous les avantages liés à son job. C’est aussi un danger pour la pérennisation de l’emploi tout en favorisant la précarité, donc la pauvreté. Il appartient aux organisations patronales, syndicales et l’inspection du travail pour mettre au pas les patrons indélicats, souligne un responsable dans l’anonymat. D’autant plus que 14% des actifs occupés exercent un emploi non rémunéré avec 30,1% chez les ruraux et 2,7% chez les citadins.

Les personnes n’ayant aucun diplôme sont également plus touchées par l’emploi non rémunéré avec 18,7% contre 12,6% pour celles ayant un diplôme moyen et 2,8% pour celles ayant un diplôme supérieur. C’est dire qu’il y a du chemin à faire. Concernant le sous-emploi, on note une nette amélioration en 2021 malgré un contexte sanitaire difficile puisque son taux, au niveau national, est passé à 9,3% l’année dernière contre 10,7% en 2020.

La même tendance baissière est respectivement de 10,1% à 8,8% en milieu urbain et de 11,6% à 10% en milieu rural. Toujours est-il que ces acquis sont appelés à se consolider à la faveur de la relance post Covid-19. Des risques et des inquiétudes Le seul bémol est que la population active occupée, en situation de sous-emploi lié à l’insuffisance du revenu ou à l’inadéquation entre la formation et l’emploi exercé, est passée, au niveau national, de 472.000 personnes en 2020 à 543.000 en 2021.

Ainsi, le volume des actifs occupés en situation de sous-emploi a atteint 1.003.000 personnes, 550.000 personnes dans les villes et 453.000 à la campagne. D’où en raison des conséquences de Coronavirus, le risque que cette situation s’aggrave est grand.

Dans l’enquête du HCP, l’espoir est de retour dans le plein emploi puisque le taux d’emploi a augmenté de 0,3 point pour se situer à 39,7% au niveau national en 2021, après une baisse de 2,2 points, entre 2019 et 2020, passant de 41,6% à 39,4%. Même si l’on constate une légère différence entre le milieu urbain et rural passant respectivement à 0,2 point (de 35,3% à 35,1%) et à 1,4 point (de 47% à 48,4%).

A la lecture de ces différents éléments, on comprend que la question de l’emploi revêt une grande importance, dans la mesure où elle constitue un élément clé de la croissance et pèse aussi sur le moral de la population. Dans la perspective de la fin des mesures sanitaires, prévues fin mars, la problématique de l’emploi restera le grand défi dans la reprise de l’activité économique.



Wolondouka SIDIBE


Les qualifications dans tout ça
 
Dans sa note sur les principales caractéristiques de la population active occupée en 2021, le HCP rapporte qu’un peu plus de la moitié (52,9%) des actifs occupés n’ont aucun diplôme en 2021 contre 54,3% une année auparavant. Tandis que 31,2% ont un diplôme de niveau moyen et 15,9% un diplôme de niveau supérieur.

Selon le secteur d’activité, la part des actifs occupés ayant un diplôme supérieur est de 27,8% dans les services, 16,8% dans l’industrie et de 6,6% dans les BTP. En outre, la population en âge d’activité (15 ans et plus) a atteint 27.127.000 personnes, 12.280.000 sont des actives (10.772.000 pourvues d’un emploi et 1.508.000 en situation de chômage) et 14.847.000 sont en dehors du marché de travail.

Parmi les 10.772.000 actifs occupés, 42,1% sont des ruraux et 22,3% sont de sexe féminin. Les jeunes âgés de 15 à 34 ans en constituent 34,8% ; 8,9% pour les 15-24 ans et 26,9% pour les 25-34 ans.
 








🔴 Top News











 
Other