Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Élevage/Chaîne alimentaire: Le Maroc en mesure de mener à bien la lutte contre l'antibiorésistance (ONSSA)


Rédigé par La Rédaction avec la MAP le Mardi 9 Novembre 2021

Le Maroc est en mesure de mener à bien le combat contre la résistance aux antimicrobiens dans le secteur de l'élevage et dans la chaine alimentaire, a assuré, mardi à Rabat, le directeur des Intrants et des Laboratoires à l'Office national de sécurité sanitaire des produits alimentaires (ONSSA), Nabil Abouchoaib.



"Malgré tous les défis organisationnels et financiers, le Maroc est en mesure de mener à bien le combat contre la résistance aux antimicrobiens et d'apporter son soutien à l'effort international dans ce domaine", a dit M. Abouchoaib lors d'une journée d'étude sur la lutte contre l'antibiorésistance dans le secteur de l'élevage et dans la chaine alimentaire.

Au Maroc, a-t-il poursuivi, les actions entreprises ont permis d'atteindre des progrès significatifs, particulièrement en ce qui concerne la collecte des données sur l'utilisation des antimicrobiens chez les animaux, la surveillance de l'évolution de la résistance aux antimicrobiens dans les filières animales, ainsi que l'implication des différentes parties prenantes dans le domaine de l'élevage et du dialogue intersectoriel. Parallèlement, M. Abouchoaib a mis en avant les efforts déployés par l'ONSSA pour veiller à la continuité des différentes actions mises en œuvre depuis 2015 et à la mise en place de nouvelles actions pour la période 2021-2025.

Dans ce sillage, il a fait savoir que plusieurs activités sont programmées pour la période 2021-2025 afin d'améliorer les capacités pour la conception et la mise en œuvre de cadres politiques, de plans et de programmes d'investissement liés à la résistance aux antimicrobiens.

Ces actions ont également pour objectifs de renforcer les systèmes de biosécurité et de prévention et contrôle des infections et d'améliorer la capacité à concevoir des activités de sensibilisation, de changement de comportement et d'éducation, a fait valoir M. Abouchoaib.

Par ailleurs, il a rappelé que le Maroc a entamé en 2015 une approche intersectorielle, traduite par une collaboration étroite entre les ministères de la Santé et de l'Agriculture, à travers l'ONSSA, ayant abouti en 2019 à l'approbation du plan stratégique national de prévention et de contrôle de la résistance aux antimicrobiens, notant que ce plan est décliné en plan d'action pluriannuel et en un plan sectoriel de lutte contre la résistance aux antimicrobiens dans le domaine de la santé animale.

Et d'ajouter que ce plan décrit un programme de travail consolidé dans le cadre de quatre objectifs clés qui sont alignés sur les plans d'action mondial notamment ceux de l'Organisation mondiale de la santé animale.

Il s'agit d'améliorer la sensibilisation et la compréhension de la résistance aux antimicrobiens, de renforcer les connaissances au sujet de la résistance aux antimicrobiens par la surveillance et la recherche, d'encourager la bonne gouvernance et le renforcement des capacités ainsi qu'encourager la mise en œuvre des normes internationales, selon M. Abouchoaib.

Initiée par l'ONSSA, cette journée d'étude a connu la participation des différents partenaires sectoriels concernés par la lutte contre l’antibiorésistance. Elle intervient dans le cadre du plan stratégique national pour contrôler et réduire la résistance aux antimicrobiens dans le secteur animal et au niveau de la chaine alimentaire, 

Cet événement a été l'occasion pour rappeler l'importance de conjuguer les efforts des différentes parties prenantes pour promouvoir les pratiques raisonnées qui concernent l'utilisation des antibiotiques dans le secteur de l'élevage et qui vont contribuer à la résolution de la problématique de l’antibiorésistance.

En marge de cette journée d'étude, une convention de partenariat relative à la lutte contre l'antibiorésistance dans le secteur de l'élevage et dans la chaîne alimentaire a été conclue entre le ministère de l’Agriculture, de la pêche maritime, du développement rural et des eaux et forêts et les partenaires sectoriels concernés.