Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

El Confidencial : la route européenne vers l'Afrique passe par El Guerguerat et l’Algérie n’est qu’un fournisseur de gaz


Rédigé par Kawtar Chaat le Dimanche 24 Avril 2022

Madrid se prépare à suivre l'exemple des États-Unis et à « reconnaître le Sahara comme faisant partie du Maroc marocain », a prédit le journaliste espagnol Ilya U. Topper dans un article publié sur El Confidential.



 

Le 18 mars, l'Espagne a radicalement changé sa position sur la question du Sahara en soutenant publiquement pour la première fois la position de Rabat, et mettant fin à un différend diplomatique majeur entre les deux pays.

 

Ilya U. Topper, qui analyse l'actualité du Sahara explique que «le gouvernement algérien détourne chaque année quelque 1,3 milliard de dollars de son budget pour les consacrer au Front Polisario afin d’assurer la viabilité de la soi-disant RASD», notant que la reconnaissance américaine n'était « pas un caprice de Trump : c'est la politique de Washington ».

 

L'Europe a besoin de l'Afrique, ou du moins de l'Afrique du nord, « stable, apaisée et en plein développement économique » afin d'assurer la circulation des marchandises européennes, fait valoir Topper, soulignant le rôle du Plan de SM le roi Mohammed VI pour atteindre cet objectif.

 

« Un gazoduc du Nigeria à Cadix, passant le long de toute la côte africaine, reliant douze pays. Le premier tronçon, long de 600 kilomètres, est déjà construit, à travers le Bénin et le Togo jusqu’au Ghana. Encore 5 000 kilomètres à parcourir », ajoute-t-il.

 

Ce plan « coûterait deux fois plus cher que le gazoduc transsaharien, on parle de 25 milliards de dollars contre 13 milliards », relève Topper, notant en revanche qu'il devrait permettre l’approvisionnement énergétique et le développement économique de tous les pays à travers qu’il passe, et que la route européenne « vers cette future Afrique passe par le Maroc, plus précisément, elle passe par El Guerguerat ».

 

« L’Europe a déjà tranché : le Maroc est la porte de l’Afrique, l’Algérie n’est qu’un fournisseur de gaz. Et le gaz n’est pas en danger; l’Algérie ne le coupera pas, parce que c’est de cela qu’il vit. Neuf dinars sur dix qui entrent dans le pays proviennent des hydrocarbures», a-t-il conclu.