Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Egypte : Appel à «briser la peur» et poursuivre les manifestations


le Lundi 21 Septembre 2020

Des milliers d’Égyptiens ont manifesté, dimanche dans la nuit, dans plusieurs gouvernorats, exigeant le départ d’Abdel Fattah El-Sissi, alors que les réseaux sociaux appelaient à «briser la barrière de la peur»



Egypte : Appel à «briser la peur» et poursuivre les manifestations
Les Egyptiens ont participé à des manifestations en soirée dimanche, au Caire, à Qalyubie, à Gizeh, à Alexandrie, à Beheira, à Minya, à Assiout, à Sohag et à Assouan, en réponse aux appels à manifester à l’occasion du premier anniversaire des événements du 20 septembre 2019, appelés par l’artiste et ancien entrepreneur Muhammad Ali.

Selon les vidéos diffusées sur les réseaux sociaux, la zone des manifestations nocturnes incluait les quartiers d’Al-Basateen au cœur du Caire, l’île d’Al-Warraq, Al-Ayat, Atfih, et les villages d’Al-Dismi, l’arrivée et Nazlat Al-Ashtar à Gizeh, Al-Qanater Al-Khayriya en Qalyubia, Kafr Al-Al-Dawar à Al-Mahoura Road en Qalyubia, Kafr AlIsharia-Dawar en Qalyubia, Kafr Al-Isharia-Dawar.

Les gouvernorats égyptiens ont été témoins d’un état de délit de fuite entre les manifestants et les forces de sécurité, au milieu de mesures de sécurité sévères.

Les manifestants ont scandé des slogans contre Sissi, notamment: «N’ayez pas peur… Sissi doit marcher», «Allez Sissi… vous n’êtes pas mon chef», «A bas le régime militaire» et «Oh, notre peuple, rejoignez-nous.»

Arrestations de manifestants

Les forces de sécurité égyptiennes ont mené une campagne d’arrestations dimanche au Caire et à Suez, touchant un certain nombre de manifestants.

La Commission égyptienne des droits et libertés a déclaré que les forces de sécurité «sont revenues pour arrêter les citoyens, les fouiller illégalement et les forcer à ouvrir leur téléphone, ce qui est une violation claire et explicite de la constitution, de la loi, des traités et conventions internationaux».

Des militants des réseaux sociaux ont tweeté sur le hashtag «La révolution a commencé» et «Restez dans la rue», au milieu d’appels à des manifestations sur la place Tahrir dans le centre de la capitale égyptienne. Malgré les campagnes d’arrestations et la grande alerte sécuritaire sur les principales places, des manifestants égyptiens sont descendus dans les rues dimanche pour manifester dans certains gouvernorats, en particulier au Caire, à Gizeh, à Beheira, à Alexandrie, à Assouan, en Qalyubie et à Assiout, en réponse aux appels à manifester le 20 septembre de l’artiste et entrepreneur égyptien Muhammad Ali.

D’autre part, Roda a tweeté lundi le hashtag des médias sociaux «La révolution a commencé» et «Restez dans la rue», au milieu d’appels à des manifestations sur la place Tahrir dans le centre de la capitale égyptienne.

Ces manifestations sont rares et pour la première fois que le pays en a été témoin depuis près d’un an. C’est une extension des rares manifestations qui ont eu lieu le 20 septembre 2019.

Les manifestants ont scandé des slogans contre le chef d’État, Abdel Fattah Al-Sissi, exigeant son départ du pouvoir et exprimant leur colère et leur rejet total des pratiques et procédures du régime au pouvoir, dont la dernière a été l’imposition de la «loi de réconciliation dans la construction de violations», dont la mise en œuvre a suscité une colère généralisée dans le pays.

Et à la fin du mois dernier, Sissi a déclaré qu’un référendum populaire pourrait être organisé sur son maintien au pouvoir si le peuple égyptien n’était pas satisfait des mesures qu’il prenait, soulignant que si les Égyptiens voulaient qu’il quitte le pouvoir, il n’aurait pas de problème, a-t-il déclaré, menaçant de faire intervenir l’armée égyptienne. La sécurité égyptienne a tenté de réprimer certaines de ces manifestations à Gizeh, à Alexandrie et dans à Beheira, en les dispersant avec des bombes à gaz et des balles, au milieu du chant des manifestants: «Sissy, va-t’en», «Sissi, l’ennemi de Dieu» et «Si nous mourons, nous ne quitterons pas nos maisons».