Menu
L'Opinion L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn


Edito & Chronique

Drôle de coïncidence


Rédigé par La rédaction le Samedi 25 Janvier 2020

« J’ai vu la corruption bouillir et bouillonner jusqu’à ce qu’elle déborde de la marmite ». Ces mots du grand poète Shakespeare trouvent leur place facilement au Maroc où la corruption bat son plein.



Bien que Saâd Dine El Othmani ait chanté les louanges de la stratégie de lutte contre la corruption à la Chambre des Conseillers, le vécu des Marocains témoigne du contraire. À peine deux jours passés sur la très positive déclaration du grand vizir de l’Exécutif, Transparency International publie l’indice de perception de la corruption où le Royaume a perdu sept places.

Paradoxalement, il y a près de cinq ans, le Maroc avait lancé, avec beaucoup d’optimisme, une stratégie nationale en la matière sur dix ans. Depuis 2015, de nombreux programmes, mesures et actions devaient être menés dans le cadre de la lutte contre ce fléau qui est tellement enraciné dans notre société, qu’il est devenu une coutume pour certains. Cependant, force est de constater que les résultats obtenus par cette stratégie demeurent médiocres.

Ce qui ne risque pas de changer, vu que le gouvernement traîne toujours dans l’instauration des peines privatives de liberté en matière d’enrichissement illicite. Il n’est donc pas étonnant que les citoyens remettent en question l’engagement du Maroc dans la lutte contre la corruption. Le plus choquant dans l’histoire, c’est qu’El Othmani trouve encore les mots pour dire qu’il ne lâchera pas du lest dans la lutte contre ce phénomène… sauf qu’en matière de corruption, il ne s’agit pas de faire de la sémantique. Aujourd’hui, il est de notoriété publique que ce mal est particulièrement répandu dans notre pays.

En l’absence de contrôle efficace des institutions publiques, de correction des lacunes dans les lois, El Othmani sortira-t-il sa baguette magique qu’il nous a cachée jusqu’à maintenant ? Ce serait surprenant.

Saâd JAFRI

  



Dans la même rubrique :
< >

Mercredi 12 Août 2020 - 19:00 Sommes-nous aux portes d’un reconfinement ?