Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Détournement d’aides humanitaires: la juteuse filière du polisario asséchée par le Covid


Rédigé par Achraf EL OUAD le Mercredi 13 Octobre 2021

Les aides humanitaires prétendument destinées aux populations séquestrées dans les camps de Tindouf, fournies principalement par certains pays européens et détournés en faveur du polisario, frôlent l’épuisement en raison des retentissements de la pandémie. Le Polisario se voit ainsi privé de ressources importantes, qu'il n'hésitait pas à détourner en sa faveur, avec la complicité du régime algérien .Détails.




Le président de la Coordination espagnole des associations solidaires avec le Sahara occidental (CEAS-Sahara) Xavier Serra a indiqué, mardi, que la pandémie de Covid-19 avait affaibli, voire anéanti les aides destinées aux personnes séquestrées dans les camps de Tindouf, ce qui a engendré une détérioration de leur condition de vie.

La CEAS-Sahara, selon Serra, a essayé de pourvoir ces personnes en aides, principalement alimentaires, à travers des associations et organisations amies dans différentes régions d’Europe, mais en vain pour cause de propagation du Covid-19. De plus, différentes instances ont également tenté de fournir des vaccins aux détenus de Tindouf, des tentatives qui n’ont point abouti. Cette pénurie en aliments a été, selon Serra, « couverte, heureusement, par les contributions du gouvernement algérien qui nous ont soulagés et permis de souffler ».

Par ailleurs, Xavier Serra a révélé que la CEAS-Sahara a interpellé les autorités espagnoles afin de « fournir des aides concernant le vaccin, une initiative qui n’a pas abouti et qui ne nous a pas permis d’assurer des aides suffisantes, exceptées une modique somme de près de 80.000 Euros et la prise en charge d’une partie des aides humanitaires pour la réalisation de projets destinés à atténuer les souffrances du peuple sahraoui, par des aides en médicaments et en équipements sanitaires aux hôpitaux dans lesdits camps ».

En fait, le polisario, habitué à se prévaloir de la souffrance des populations séquestrées dans les camps de Tindouf pour quémander de l'aide humanitaire, n'hésite pas à détourner les aides humanitaires provenant de l'Union Européenne, et ce en collusion avec les autorités algériennes.

Ceci dit, ce manque en aide prétendument humanitaire, qui devrait faire mauvais effet aux détenus de Tindouf, ne sera apparemment nuisible qu’aux intérêts pernicieux du polisario et de son pied d’appui, l’Algérie. Cette dernière, s’investissant dans une affaire étrangère, doit des explications à ses citoyens, qui se voient, par la nature des choses, prioritaires desdites aides. 

  


Dans la même rubrique :
< >