Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Des investisseurs américains intéressés par le marché marocain


Rédigé par Anass Machloukh le Lundi 15 Mars 2021

Après l’établissement d’un consulat américain à Dakhla, des hommes d’affaires américains ont affiché leur ambition d’investir dans les provinces du Sud. Ceci fera l’objet d’un Sommet maroco-américain, prévu vers la fin du mois de mars.




Le potentiel de coopération économique semble s’élargir entre le Maroc et les Etats-Unis, particulièrement dans nos provinces du Sud. Suite à la reconnaissance de la souveraineté marocaine sur le Sahara, les investisseurs américains sont attirés par les opportunités d’investissement que présentent le Sud du Maroc. Ceci fera l’objet d’un Sommet qui aura lieu le 29 mars, et qui réunira des économistes et des investisseurs américains et leurs homologues marocains, afin d'étudier et encourager la coopération économique et l'investissement dans ces régions du Royaume. Une rencontre organisée par le réseau Marocain-américain, dans le cadre son programme annuel de 2021.

Cette année, l’attention sera focalisée sur les secteurs relevant de l’économie numérique, à savoir l'intelligence artificielle, la transformation numérique, le marketing numérique. Autant de domaines où les opérateurs américains disposent d’une expertise inégalée, qui pourrait être mise au service de la modernisation du tissu économique marocain. Des rencontres virtuelles auront lieu entre entrepreneurs américains et marocains, dont ceux des régions du Sud, pour échange d’expériences, notamment en ce qui concerne l’amélioration des outils numériques.

Par ailleurs, plusieurs hommes d’affaires américains ont manifesté leur volonté d’investir au Maroc, dont le milliardaire, d’origine juive, Mark Cuban, selon des médias israéliens. L’homme d’affaires, qui opère dans le transport aérien, l’industrie de divertissement et l’informatique, compte investir dans  la haute technologie et la Fintechs, selon les mêmes sources.