L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   



Actu Maroc

Défense : Vers la localisation de la maintenance des équipements militaires


Rédigé par Mohamed ELKORRI le Lundi 24 Octobre 2022

Grâce à la vision clairvoyante de Sa Majesté le Roi Mohammed VI, le Maroc se lance doucement mais sûrement dans l’industrie de la Défense. « L’Opinion » fait le point sur le chantier stratégique de l’aviation militaire.



Le Maroc place l’aéronautique sous sa loupe depuis plusieurs années. Outre les entreprises fabriquant des pièces d’avions, et les centres de formation fondés pour garantir l’avancée dans cette industrie, le Maroc lorgne également l’aviation militaire.

En effet, le Conseil des ministres présidé par Sa Majesté le Roi Mohammed VI, tenu mardi 18 octobre, a bien approuvé le projet de Dahir relatif à la navigabilité et à la sécurité aérienne des aéronefs militaires. Ce Dahir vise la mise en place d’un système de navigabilité des aéronefs militaires pour s’assurer de sa conformité avec celui de l’aviation civile et la création d’une Direction de l’Aéronautique Militaire (DAM).

Le focus sur l’aviation militaire au Maroc ne date pas d’aujourd’hui, au contraire, les intentions existent depuis un certain temps. En effet, plus tôt en 2022, le Maroc a noué un partenariat avec le groupe aérospatial belge Orizio et va créer un centre de maintenance pour les avions militaires. Il s’agit d’une joint-venture marocaine, appelée Maintenance Aero Maroc (MAM), qui exploitera un centre de maintenance pour les avions militaires à l’aéroport de Benslimane.

Les nouvelles installations offriront quelque 15.000 m² pour la maintenance, la réparation, la révision et la mise à niveau d’avions et hélicoptères militaires. Cette unité industrielle devrait générer la création de 300 emplois.

Contacté par « L’Opinion », Stéphane Burton, CEO d’Orizio Group, a affirmé que ce chantier est en gestation et devra voir le jour en 2024. Ce groupe est un des grands spécialistes de l’entretien et de la maintenance des chasseurs-bombardiers F-16, tout en comptant une grande expérience également sur les avions de transport C-130 Hercules. Il compte presque cinq décennies dans la maintenance des F-16 de la Composante Air de la Défense belge. Les premiers F-16 de l’armée belge vont être retirés du service en 2023, à l’issue de leur durée de vie de 8.000 heures de vol. Les derniers seront remisés à l’horizon 2029, après leur remplacement par des F-35.

De son côté, le Maroc aligne actuellement 23 F-16 et en a commandé 25 autres, dans une version modernisée, indique le groupe à la rédaction de « L’Opinion ». Ce groupe, rappelons-le, a déjà des liens historiques avec les Forces Royales Air ayant participé à la modernisation des Mirage F1 en 2006 et des Alphajet en 2010.

L’usine couvrira le Maroc et l’Europe, le Moyen-Orient et l’Afrique (EMOA)

Notre interlocuteur, Stéphane Burton, affirme que cette unité industrielle, qui verra le jour en 2024 au Maroc, se penchera sur la maintenance des avions militaires du Maroc ainsi que de ceux de plusieurs pays de la région EMOA. C’est à dire, le Maroc, à travers des techniciens marocains actuellement en formation par le groupe, assurera la maintenance et l’entretien des avions militaires de plusieurs pays, plus particulièrement ceux de la région EMOA. Ceci dit, le Maroc est enclin à devenir un hub pour cette région en matière d’aviation militaire.

Inauguration imminente d’une autre usine du groupe

Le responsable du groupe a, en outre, indiqué qu’une nouvelle usine sera inaugurée au Maroc, vers fin novembre, qui sera abritée par la région de Nouaceur sur une superficie de 16.000 m². Cette usine sera spécialisée dans l’assemblage de l’aérostructure pour Pilatus, Airbus et Dassault, dans la zone technopole. Ce chantier fait partie aussi bien du plan d’accélération industrielle que des projets prévus dans le cadre du développement d’une industrie militaire au Maroc.

De nouvelles acquisitions militaires

Le Maroc, avec sa nouvelle vision d’aviation militaire, affiche son ambition de posséder une infrastructure de maintenance pour ses propres avions et appareils militaires. Tactical Report, portail spécialisé de défense et de sécurité, a indiqué que le Maroc se mobilise afin de s’équiper notamment du C-295 MPA d’Airbus et de l’ATR 72 MP de Leonardo.

Le C-295 MPA d’Airbus est un avion dérivé du modèle CN235, développé par l’Espagne et l’Indonésie. Il est capable de voler avec une charge maximale de 23,2 tonnes. Il a été déjà acquis par le Portugal, le Chili, Oman et l’Irlande. L’Espagne envisage aussi d’acquérir quatre unités de la version C-295 MPA/ASW pour remplacer son P.3 Orion devenu obsolète. L’Algérie était intéressée par ce modèle depuis 2001, mais n’a plus concrétisé son intention, indique la même source.

En outre, l’ATR 72 MP fabriqué par Leonardo, qui est une version de l’avion P-72A des forces armées italiennes, équipé du système de mission modulaire ATOS (Airborne Tactical Observation and Surveillance) du même constructeur, d’une longueur de plus de 27 mètres, est capable de voler avec une charge maximale de 22,8 tonnes.

Budget record pour la Défense en 2023

Le Royaume a relevé le budget de la Défense dans le Projet de Loi des Finances (PLF) pour l’année 2023 à un niveau record de près de 120 milliards de dirhams, soit une augmentation de 5 milliards de dirhams par rapport à la Loi des Finances 2022. Cette manne devrait être affectée à l’acquisition d’armements selon les dépenses de la rubrique « Acquisition et entretien d’équipements pour les Forces Armées Royales (FAR) et soutien et développement de l’industrie de défense ». Le budget des Forces Armées Royales dans la Loi des Finances 2023 s’élève à environ 17 milliards de dollars. Le PLF a révélé la volonté du Maroc d’allouer pour la première fois des fonds aux industries de Défense, en plus d’acquérir des armes à l’étranger.

L’article 38 du nouveau PLF précise que le montant alloué par anticipation au cours de l’exercice 2023 aux dépenses autorisées par le ministre délégué auprès du chef du gouvernement chargé de la Gestion du territoire national est de 119,766 milliards dirhams.



Mohamed ELKORRI
 


Maintenance Aeronautics Assets (MAA)
 
Le Maroc, à travers l’opérateur Medz, a autorisé la création de la société Maintenance Aeronautics Assets (MAA) en partenariat avec Sabena Engineering (SNAE) du groupe Orizio. Dans la nouvelle société, MEDZ détiendra 90% alors que SNAE aura 10%. Mais ce n’est pas tout. MEDZ a également été autorisée à participer dans le capital de la société Maintenance Aero Maroc (MAM) à raison de 10%. Le rôle primordial de MEDZ consiste à fournir le foncier et à se charger des infrastructures qui seront réservées à la maintenance aéronautique.
 



Dans la même rubrique :
< >

Dimanche 4 Décembre 2022 - 17:48 OCP : Nouvelle stratégie à 130 milliards de dirhams







🔴 Top News











 
Other