Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

De la responsabilité sociétale à la responsabilité digitale

Confinement


Rédigé par Safaa KSAANI le Mercredi 15 Avril 2020

Plus que jamais, la notion de la responsabilité digitale doit être mise en oeuvre, en cette période de confinement, pour user d’Internet à bon escient.



En cette période de confinement, les réseaux de télécommunications sont très sollicités. Etudes à distance, visioconférences, télétravail, apéros entre proches et amis, pratique du sport, divertissement… Autant d’occasions d’utiliser les réseaux, et de les saturer, parfois.

Cette forte présence sur Internet a engendré certains nouveaux principes de vie et certains fondements de la citoyenneté. Parmi ces principes, il y a la notion de la responsabilité digitale.

Ce concept est composé de deux notions. La première renvoie à la responsabilité civile du citoyen, connue pour ses nombreuses vertus, à savoir le respect d’autrui, la solidarité, le volontariat... en général tout ce que le citoyen peut faire pour le bien commun. La deuxième notion est relative à l’usage des plateformes numériques. Cela dit, nous entrons inévitablement dans une ère de discipline sociale numérique.

Faire preuve de responsabilité digitale

M. Houssine Saf, spécialiste des médias digitaux invite à un bon usage des réseaux pour que les parents, enfants, salariés puissent travailler, étudier ou se divertir sans défaillance.« Nous ferons tous acte de civisme et de solidarité si nous ne regardons pas de streaming et autres vidéos à la demande (VOD), surtout en haute qualité. Nous devons penser au bien commun et éviter de priver d’un bon débit des personnes qui se servent d’Internet pour leur télétravail », appuie-t-il.

Afin de soulager le poids sur la bande passante et éviter les lenteurs de la connexion, certains services en ligne ont été intelligents en mettant à disposition des internautes et usagers des vidéos de haute et de basse qualité, qu’il faut privilégier en ces moments de crise. C’est le cas de YouTube, Apple TV, Netflix, entre autres. En plus, les personnes disposant du Wi-Fi à la maison et du réseau 4G mobile, sont invitées par les opérateurs télécoms à utiliser en priorité le Wi-Fi.

Par ailleurs, selon une enquête annuelle sur les indicateurs des Technologies de l’information et de la communication, publiée par l’Agence Nationale de Réglementation des Télécommunications (ANRT), fin 2018, 62 % de la population marocaine est connectée.

Le parc Internet mobile a affiché une croissance annuelle de 11,22% en 2019, contre +2,21% en 2018, pour atteindre 23,68 millions d’abonnés, selon la même source. De son côté, le parc 4G s’est élevé à 15,72 millions, soit une hausse annuelle de 63,66%, précise l’ANRT. Le parc fibre optique a, quant à lui, atteint 121.237 abonnements en 2019, contre 73.169 une année auparavant.

Safaa KSAANI

3 questions à Houssine SAF

De la responsabilité sociétale à la responsabilité digitale
« Internet est devenu créateur de monopoles inquiétants »
 
Spécialiste des médias digitaux et membre de NAIGF (North Africa Internet Governance Forum), il nous éclaire sur l’impact de la responsabilité numérique sur notre consommation d’internet.

- La notion de responsabilité digitale est-elle un concept nouveau ?

- Non, la responsabilité digitale n’est pas un concept nouveau. En effet, cette notion a pris naissance lors des travaux des commissions préparatoires « PrepCom » du Sommet Mondial sur la Société de l’Information (SMSI), auxquels j’ai participé, et où cette responsabilité a été soulignée aussi bien dans son Plan d’action de Genève 2003, que dans son Agenda numérique de Tunis 2005. Les recommandations ont été signées par tous les acteurs concernés de la planète y compris ceux marocains dont le gouvernement, la société civile et les entreprises.

-Quels sont les aspects de cette notion ?

-On ne peut pas parler de cette notion sans évoquer d’autres. Il s’agit de la responsabilité digitale des Universités (RDU) vis-à-vis de la société, ses fondements, son impact, ses applications possibles et son rôle d’utilité publique à renforcer. La responsabilité digitale des Entreprises (RDE), communément les services de la société de l’information, a mis du temps à prendre forme malgré le développement ultra rapide des nouvelles plateformes numériques. La troisième priorité, et non des moindres, est la responsabilité digitale de l’internaute (RDI), autrement dit, la e-responsabilisation.

- Qu’en est-il de la prise de conscience du concept ?

- Un éveil se concrétise aujourd’hui suite au confinement obligatoire, et sera concrétisé davantage à l’après COVID-19. Une prise de conscience sera renforcée du fait que cet Internet qu’on croyait vecteur de liberté et outil d’utilité publique, est devenu créateur de monopoles inquiétants. Qui dit monopole, dit usage commercial et profit économique monopolisés.

Recueillis par S. K.