L'Opinion Maroc - Actuali
Consulter
GRATUITEMENT
notre journal
facebook
twitter
youtube
linkedin
instagram
search


   



International

Crise ukrainienne : Une guerre toute proche ?


Rédigé par La rédaction le Dimanche 20 Février 2022

Selon Washington, la Russie se dirige vers des positions adéquates pour être en mesure d'attaquer l'Ukraine. Poutine a lancé des exercices de lancements de missiles nucléaires stratégiques.



Crise ukrainienne : Une guerre toute proche ?
Le secrétaire américain à la Défense, Lloyd Austin, a déclaré samedi, que la Russie s'apprête à frapper et s'est dirigée vers des positions adéquates pour être en mesure de lancer une attaque contre l'Ukraine.

La chaîne CNN a rapporté, d'après la déclaration de Lloyd Austin lors d'une conférence de presse depuis la Lituanie, en allusion au président russe Vladimir Poutine, "si vous regardez la position qu'il adopte aujourd'hui, il est clair qu'il a pris une décision et qu'ils sont en train de se déplacer vers les positions adéquates pour être en mesure de lancer une attaque".

S'agissant d'une solution diplomatique, Austin a déclaré "je pense que nous devrions essayer jusqu'à la dernière minute même quand ce n'est plus possible".

Quelques heures plus tôt, les forces stratégiques russes avaient lancé des exercices militaires, qui comportent le lancement de missiles balistiques, selon des médias locaux.

Pour sa part, le porte-parole de la Présidence russe, Dmitri Peskov, a déclaré que Poutine "avait ordonné le début des exercices", en pleine escalade des tensions dans la région du Donbass, dans l'est de l'Ukraine, selon la chaîne "Russia Today".

Plus tôt dans la journée, les séparatistes pro-russes de Donetsk et Louhansk ont ​​annoncé une mobilisation générale sur fond de tension militaire dans la région du Donbass.

La mobilisation générale survient au milieu d'une évacuation massive de femmes, d'enfants et de personnes âgées, des territoires sous le contrôle des séparatistes dans les régions de Donetsk et de Louhansk, vers la Russie voisine.

Les séparatistes prorusses ont déclaré unilatéralement l'indépendance des « Républiques populaires » autoproclamées de Donetsk et de Louhansk, frontalières de la Russie, au printemps de 2014.

Moscou et Kiev sont à couteaux tirés depuis plus de sept ans, sur fond d'annexion illégale de la péninsule ukrainienne de Crimée par la Russie et de soutien aux séparatistes qui lui sont fidèles dans le Donbass.

Un plan pour s’emparer de Donetsk et de Louhansk

Des séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine ont déclaré samedi avoir découvert un plan de Kiev visant à s'emparer par la force du territoire qu'ils contrôlent dans l'est de l'Ukraine. Les autorités ukrainiennes ont rapidement nié ces allégations.

Kiev et les dirigeants occidentaux, ont déclaré que la mobilisation, l'évacuation et l'escalade des bombardements le long de la ligne de cessez-le-feu au cours des derniers jours « font partie du plan de la Russie pour créer un prétexte pour envahir l'Ukraine ».

Le ministre ukrainien des Affaires étrangères a nié la chute de tout obus ukrainien sur le territoire russe et a exigé une enquête internationale indépendante sur les incidents présumés.

L'armée ukrainienne a accusé la Russie d'avoir maquillé les images des missiles pour montrer qu'ils étaient ukrainiens et a déclaré que les mercenaires étaient arrivés dans l'est de l'Ukraine contrôlée par les séparatistes pour mener des provocations en coopération avec les forces spéciales russes. "Le but de ces provocations sera, bien sûr, d'accuser l'Ukraine d'une nouvelle escalade", ont ajouté les militaires.

Des responsables militaires visés par des obus.

Aussi et selon L'Associated Press (AP), de hauts responsables militaires ukrainiens ont été visés par des obus de mortier, samedi, lors d'une visite sur la ligne de front avec les séparatistes pro-russes dans l'est de l'Ukraine.

L'Associated Press (AP) a rapporté que les responsables "se sont mis à l'abri, avant de se retirer de la zone".

De son côté, l'armée ukrainienne a indiqué, dans un communiqué, qu'un soldat a été tué dans un bombardement survenu samedi matin, dans la partie contrôlée par les séparatistes pro-russes de la région de Donetsk.

Le communiqué a également affirmé que les forces séparatistes procédaient à des tirs de mortier visant les zones résidentielles, dans le but de provoquer la riposte de l'armée ukrainienne.

Plus tôt dans la journée de ce samedi, les séparatistes pro-russes de Donetsk et de Louhansk ont ​​décrété la mobilisation générale sur fond d’escalade des tensions dans la région du Donbass.

La mobilisation générale survient alors qu’un départ massif et centralisé de femmes, d'enfants et de personnes âgées, est organisé vers la Russie, depuis les territoires sous le contrôle des séparatistes dans les régions de Donetsk et de Louhansk.


Génocide dans le Donbass ? "ridicule" selon Berlin

Le ministère russe des Affaires étrangères a promis d’envoyer à Berlin des documents sur les charniers de civils dans le Donbass, après que le chancelier fédéral Olaf Scholz a qualifié de ridicules les déclarations sur le génocide dans cette région, a déclaré ce samedi 19 février la porte-parole du ministère russe des Affaires étrangères, Maria Zakharova. Ce dossier a déjà été remis à Washington.

"Je m’adresse à mes collègues du ministère allemand des Affaires étrangères. Suite aux déclarations du chancelier Scholz qui a qualifié de ridicules les déclarations sur le génocide dans le Donbass, nous allons vous envoyer prochainement un dossier sur des charniers de civils dans cette région pour en informer les autorités allemandes", a indiqué Mme Zakharova sur Telegram. Elle a précisé que Moscou ne pouvait pas publier ces documents, qui ont aussi été envoyés à Washington, car n’importe quel réseau social ou site les bloquerait comme "contenu inadmissible". "

Je vous préviens, même ceux qui ont tout vu ne peuvent pas le regarder", a ajouté la diplomate. S’exprimant samedi à la conférence de Munich sur la sécurité, le chancelier allemand Olaf Scholz a estimé que le terme "génocide" ne pouvait pas être appliqué à la situation dans le Donbass.

Selon lui, de tels arguments sont "ridicules". Le 15 février, Vladimir Poutine a déclaré lors d’une conférence de presse conjointe avec Scholz à Moscou, qu'il considérait les événements en cours dans le Donbass comme un génocide.
 








🔴 Top News











 
Other