Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Crise libyenne : nouveau round de pourparlers à Tanger


Rédigé par S.K. le Lundi 30 Novembre 2020

Un nouveau round de pourparlers rassemble pour deux jours des responsables de la Chambre de représentants libyenne et du Haut conseil de l'Etat sur un format dit "13+13", pour sortir de l'impasse leur pays plongé dans le chaos.



Crise libyenne : nouveau round de pourparlers à Tanger
La délégation du Haut conseil d’État libyen est conduite par Mohamed Abu Sunaina, tandis que celle de la Chambre des représentants libyenne est conduite par Aicha Chalabi, lors de cette réunion qui s’inscrit dans le cadre des séances du dialogue inter-libyen.

Ce round du dialogue, qui s'inscrit dans le sillage des séances (13+13), vise à se concerter sur le dialogue en cours à la République tunisienne, et à unifier les visions quant aux processus politique et institutionnel en Libye. Il intervient après la tenue de deux rounds du dialogue inter-libyen à Bouznika (6-10 septembre et 2-6 octobre), couronnés par la conclusion d’accords globaux sur les critères et les mécanismes pour occuper les postes de souveraineté, prévus par l’article 15 de l’Accord politique libyen conclu en décembre 2015 à Skhirat.

Les deux parties avaient affirmé, dans la déclaration finale du second round du dialogue inter-libyen, que "les aboutissements du dialogue entre les deux délégations constituent un apport sur lequel il est possible de capitaliser, pour instaurer la stabilité dans le pays et mettre fin à la division institutionnelle".

Par ailleurs, la ville de Tanger a abrité, du 23 au 28 novembre, la réunion consultative de la Chambre des représentants libyenne, qui a été sanctionnée par un accord sur la tenue d’une réunion de la Chambre dans la ville de Ghadamès, juste après le retour de ses membres en Libye, et ce pour mettre fin à la situation de division au niveau de la Chambre des représentants et des autres institutions. Les participants à la réunion consultative avaient également fait part de leur engagement à tenir des élections présidentielles et parlementaires selon un cadre constitutionnel et à mettre fin à la période de transition, dans un délai ne dépassant pas une année à compter de la date de la tenue de la réunion de la Chambre des représentants.