Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Crise libyenne : le Maroc appelle au respect du calendrier électoral


Rédigé par S.M le Mardi 21 Septembre 2021

Le respect du calendrier des élections présidentielle et législatives, prévues le 24 décembre prochain, est l'unique solution pour sortir de la crise en Libye, a affirmé, mardi à Rabat, le ministre des Affaires étrangères, de la Coopération africaine et des Marocains résidant à l'étranger, Nasser Bourita.



La crise de la légitimité en Libye ainsi que la dualité et la multiplicité des institutions ne pourraient être résolues qu'à travers un exercice démocratique auquel devront être associés tous les Libyens, a-t-il déclaré lors d'une conférence de presse conjointe avec le président du Haut Conseil d'État libyen,  Khaled Al Mechri, à l'issue de leurs entretiens.

M. Bourita a ajouté que le Maroc a toujours considéré le Haut Conseil d'Etat libyen comme un élément important dans tout processus politique pour sortir de la crise libyenne, notant que la visite de M. Al Mechri au Maroc est une opportunité pour discuter du processus politique en Libye, son évolution et les obstacles qui peuvent l’entraver.

Le ministre a fait état d'une évolution significative sur la voie de la réussite des scrutins présidentiel et législatif en Libye en termes notamment de références juridiques et des institutions responsables de la tenue de ces échéances, en plus de l'appui international au processus électoral, mettant l'accent sur la nécessité de l'adhésion de tous les Libyens et de toutes les institutions à ces références pour que l'opération puisse se dérouler dans les meilleures conditions.

Il a relevé, en outre, que la stabilité des institutions exécutives issues du dialogue politique libyen est essentielle pour la réussite de ces échéances selon les délais impartis.

A cet égard, M. Bourita a souligné que le Maroc appuie la stabilité des institutions exécutives en Libye et des institutions issues d'un accord politique, comme la Chambre des représentants et le Haut Conseil de l’État, affirmant que les attentes des citoyens libyens ne sauraient être réalisées qu'a travers un Exécutif stable issu du dialogue politique libyen.

Il a également noté que les récents entretiens avec le président de la Chambre des représentants libyenne, M. Aguila Saleh, ainsi qu'avec l'émissaire américain pour la Libye et l'Envoyé spécial du Secrétaire général des Nations Unies pour la Libye, en plus de cette rencontre avec le président du Haut Conseil d'État libyen, s'inscrivent dans le cadre de l'approche marocaine tendant à favoriser le dialogue entre les Libyens pour surmonter les obstacles et atteindre des consensus autour des prochaines étapes du processus politique, notamment la question des élections.

Le Maroc, a conclu M. Bourita, poursuivra, conformément aux Hautes Instructions de SM le Roi Mohammed VI, à jouer son rôle pour favoriser le dialogue entre les acteurs libyens dans l'objectif d'atteindre des compromis qui permettront de tenir les prochaines échéances dans les meilleures conditions et d'aider la Libye à sortir de la crise institutionnelle pour servir ses citoyens et réaliser la stabilité et la sécurité.

Les efforts du Maroc salués           

A cette occasion, M. Al Mechri, a salué les grands efforts déployés par le Maroc en vue de rapprocher les points de vue des protagonistes libyens ainsi que son souci de parvenir à des consensus politiques devant favoriser la solution de la crise libyenne.

Le Conseil "insiste avec force" sur la tenue des élections législatives et présidentielle le 24 décembre prochain et tient à assurer tous les candidats de son attachement à la neutralité et à l'indépendance, a-t-il dit.
 
M. Al Mechri a fait état d'"inquiétudes au sujet du déroulement du processus électoral et même de l'acceptation de ses résultats'', relevant que le Haut Conseil d'État examine, avec ses partenaires locaux et internationaux, la manière de dissiper ces peurs et de les minimiser.
 
Il a indiqué, en ce sens, que le Conseil cherche à obtenir des garanties sur l'acceptation des résultats des scrutins, notamment de la présidentielle, ainsi que des garanties sur la tenue d'"élections législatives sûres et acceptées devant permettre au pouvoir exécutif de s'acquitter de ses fonctions".
 
Et de préciser que le Haut Conseil d'État libyen est un partenaire clé dans l'élaboration des lois relatives au processus électoral et qu'il cherche, de ce fait, à trouver un consensus avec la Chambre des représentants sur les lois électorales, notant que "les points de divergence avec la Chambre des représentants sont spécifiques et qu’un consensus peut être atteint dans les plus brefs délais".
 
Le président du Haut Conseil d'État libyen a formulé le vœu que le pouvoir exécutif soit en mesure de créer les conditions optimales pour la tenue de ces scrutins et de s'y préparer sur le plan logistique et sécuritaire, dans l'intérêt des Libyens.
 
 

  


Dans la même rubrique :
< >

Samedi 27 Novembre 2021 - 19:50 Voici les nouvelles conditions d’accès au Maroc