Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Crise de Sebta : Les Nations unies appellent Rabat et Madrid au calme


Rédigé par Anass Machloukh le Mardi 18 Mai 2021

Dans la foulée de la crise migratoire de l’enclave de Sebta, l’Organisation des Nations unies est intervenue pour appeler le Maroc et l’Espagne à coopérer pour une trouver une solution commune.




La crise migratoire à Sebta semble prendre une tournure internationale, l’Organisation des Nations unies est entrée en ligne pour appeler le Maroc et l’Espagne à la retenue pour régler le problème de l’arrivée subite des migrants devant le poste de Bab Sebta. Lors d’une conférence de presse, le porte-parole du secrétaire général de l’ONU Antonio Guterres Stéphane Dujaric a exhorté les autorités marocaines et espagnoles à s’entendre pour trouver un accord qui mettra fin au désordre actuel.   

"J'ai vu la vidéo ce matin, qui est assez inquiétante", a-t-il déclaré, en réponse à une question des journalistes sur la situation à Sebta.  Le responsable onusien semble prendre conscience de la gravité de la situation, il a souligné que la crise à laquelle l'enclave est confrontée rappelle le défi migratoire auquel fait face le monde entier.

Rappelons que plus de 8000 personnes ont franchi le poste frontalier de Bab Sebta, provoquant la panique des autorités espagnoles, pris de court par les foules immenses de migrants marocains et subsahariens. Jusqu’à présent, 4000 personnes ont été arrêtées et renvoyées au Maroc. Cet événement a exacerbé la brouille entre Rabat et Madrid, qui dure depuis des semaines à cause de l’affaire Ibrahim Ghali. L’ambassadrice marocaine Karima Benyaich a été rappelée au Royaume pour consultations, après avoir été convoquée par la diplomatie espagnole. Le Maroc ne s’est pas encore prononcé officiellement sur ce qui se passe à Sebta, des sources locales ont constaté une mobilisation de la gendarmerie royale et les forces de l’ordre pendant l’après-midi, pour barrer les routes menant vers le poste frontalier Trajal.