Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Cri de détresse pour des jeunes disparus après avoir tenté de rejoindre l'Espagne


Rédigé par Hajar Lebabi le Jeudi 22 Octobre 2020

Après avoir quitté leur ville d’Al Hoceima, le 11 octobre, trois jeunes sont portés disparus. Selon les informations rapportées par le média espagnol «El Faro», leurs familles peinent à les localiser et baignent dans l’inquiétude.



© El Faro
© El Faro
Chaque jour, des jeunes quittent leurs maisons, leurs familles et leurs vies pour essayer d’en construire une nouvelle en Europe. Chaque jour, des jeunes choisissent de sauter à la mer, avec beaucoup d’espoir et peu de certitudes. Beaucoup de ces aventures restent sans nouvelles, tandis que les amis et les familles attendent un appel ou un message.

C'est le cas d'Othman et de deux autres garçons, originaires d’Al Hoceima, d'où ils sont partis le 11 octobre. Depuis, personne n’a aucune nouvelle d’eux. Un ami d'Othman raconte, que les deux autres jeunes hommes pourraient être des amis proches à lui, appelés Hamza et Al Wahed. Avec Othmane, ils sont partis en jet ski, mais personne ne sait «s'ils sont arrivés ou s'ils se sont noyés». Le désespoir l'amène à penser que ce sont eux à chaque fois qu'ils trouvent des nouvelles d'un immigré décédé, comme ça a été le cas ce mercredi à Sebta, où le cadavre d'un jeune homme a été retrouvé sur la plage de La Ribera.

Il y a dix jours, ces trois jeunes ont quitté Al Hoceima dans le but d'atteindre la côte andalouse. C'est ce qu'ils ont dit à leurs amis, dont l'un a contacté le journal «El Faro». «Leurs parents sont en très mauvais état et n'ont reçu aucune information à leur sujet», explique cet ami, reflétant parfaitement ce que signifie la souffrance d'une famille qui ignore le sort de ses enfants.

«Ce sont nos amis, ce sont nos voisins», explique l'ami d'Othman pour symboliser que ceux qui sont maintenant disparu ont des prénoms et des noms, qu’ils ne sont pas de simples figures que la mer laisse en chemin ou, dans le meilleur des cas, atteignent l’autre côte.

«Nous ne savions rien à leur sujet jusqu'à présent. On ne sait pas s'ils vont bien ou pas, s'ils se sont noyés dans la mer ou s'ils sont arrivés en Espagne. On ne sait rien », conclut-il, demandant de l'aide pour trouver trois jeunes dont les rêves les ont emmenés d'Afrique en Europe sans même savoir s'ils ont pu les réaliser.