Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Covid-19, le confinement coûtera au Maroc 3,8 points du PIB

Des perspectives qui s’assombrissent


Rédigé par A. CHANNAJE le Vendredi 10 Avril 2020

Sous l’effet de la pandémie du COVID-19, l’environnement international serait plus pénalisant pour l’économie marocaine. Le HCP s’attend à une régression du PIB de 1,8% au 2ème trimestre 2020, au lieu de +2,1% avant l’avènement de la pandémie.



Covid-19, le confinement coûtera au Maroc 3,8 points du PIB
Cette contraction serait principalement le fait d’une baisse de près de la moitié du rythme de croissance de la valeur ajoutée du secteur tertiaire, suite à un arrêt presque total dans les activités de restauration et d’hébergement, d’une réduction de 60% de l’activité dans le transport et de 22% dans le commerce, en comparaison avec notre scénario de référence, explique le HCP dans sa note de conjoncture, rendue publique ce mardi 7 avril.

Les industries manufacturières seraient les plus affectées par le repli de la demande étrangère adressée au Maroc, avec la chute de la production des secteurs de l’automobile, du textile et des industries électriques…

Quant aux activités agricoles, le HCP souligne que leur repli se limiterait à 2,9%, en rythme annuel, grâce notamment à l’amélioration des perspectives de croissance des cultures printanières, favorisée par le retour quasi-général des précipitations à fin mars et la stabilisation des prix des aliments de bétail. Les effets de cette impulsion climatique devraient toutefois s’effriter, face à un prolongement des restrictions de circulation des travailleurs saisonniers et au maintien des mesures strictes de contrôle imposées par les pays européens au-delà du mois d’avril 2020, notamment pour les productions périssables comme les fruits et les légumes.

Autre point soulevé par le HCP : la demande étrangère adressée au Maroc devrait s’infléchir de 6%, au 2ème trimestre 2020, pénalisée par le fléchissement des importations, surtout européennes, qui défavoriseraient les industries orientées vers l’export. En plus du choc externe, l’économie nationale devrait faire face, également, à une baisse de la demande interne qui affecterait l’activité de la plupart des secteurs productifs, ajoute le HCP.

En somme, le HCP estime que l’impact du confinement au cours du mois d’avril 2020 devrait amputer la croissance du PIB de 3,8 points au deuxième trimestre 2020 par rapport au premier scénario, soit l’équivalent d’une perte d’environ 10,9 milliards de DH, au lieu de 4,1 milliards de DH un trimestre auparavant. Les services devraient y contribuer le plus (-2,49 points), suivis des industries manufacturières (-0,39 point).

Croissance économique: +1,1% au 1er trimestre

Dans sa note de conjoncture, le HCP a également fait le point sur les prévisions économiques au 1er trimestre 2020. Il table sur un taux de croissance, compte tenu du coronavirus, de +1,1%. Cet abaissement de la croissance serait attribuable au ralentissement des activités secondaires, dont le rythme d’évolution serait passé à 0,5%, au lieu de 1,6% sans effet du COVID-19. Les activités tertiaires auraient affiché une réduction prononcée de leur rythme de croissance, s’établissant à 2,7% seulement au lieu de 3,1%. L’essentiel de ce retournement aurait été lié à la dégradation des perspectives de croissance de l’économie mondiale, ainsi qu’aux mesures de confinement en vigueur à partir du 20 mars 2020 », indique le HCP.

La croissance de la demande étrangère adressée au Maroc se serait infléchie de 3,5% au 1er trimestre 2020, au lieu de 1,3% prévu en l’absence de l’effet de la crise du COVID-19, pâtissant du repli du commerce mondial et de la baisse de l’activité de nos principaux partenaires commerciaux », souligne le HCP.

Dans ces conditions, les exportations en valeur se seraient repliées de 22,8%, au lieu d’une augmentation de 1,1% avant l’avènement de Covid-19. L’automobile aurait le plus régressé suite à l’atonie qui touche l’industrie automobile mondiale et européenne.

En somme, le HCP estime que l’impact du confinement au cours du mois d’avril 2020 devrait amputer la croissance du PIB de 3,8 points au deuxième trimestre 2020 par rapport au premier scénario, soit l’équivalent d’une perte d’environ 10,9 milliards de DH, au lieu de 4,1 milliards de DH un trimestre auparavant. Les services devraient y contribuer le plus (-2,49 points), suivis des industries manufacturières (-0,39 point).

A. CHANNAJE

  


Dans la même rubrique :
< >