Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Monde

Covid-19-Perspectives continentales : L’urgence économique face à la pandémie


Rédigé par Wolondouka SIDIBE le Lundi 13 Juillet 2020

La maladie a engendré des conséquences économiques fâcheuses en Afrique avec des pertes estimées à près de 82 milliards de dollars (environ 47.453 milliards de francs CFA), tandis que la croissance économique du continent se situerait à 3% en 2021 contre -3,4 % dans le pire des scénarios pour 2020 si la crise pandémique n’est pas jugulée.



Covid-19-Perspectives continentales : L’urgence économique face à la pandémie
Maintenant que l’isolement et l’enferment font place au déconfinement, partiel ou total, les activités économiques reprennent le cours normal mais avec moins d’intensité. Analystes et experts tentent d’évaluer l’impact de Coronavirus sur les économies africaines, mais aussi les besoins de financement en cette période de crise sanitaire. Pour comprendre cette nécessité, il faut dire que depuis plus de quatre mois, la planète entière vit au rythme du nouveau Coronavirus qui a déjà fait plus de 250.000 morts et bloqué les économies d’un monde confiné, qui vit dans l’espoir de l’affaiblissement, voire de la disparition de cette maladie. 

Les conséquences de Covid-19 sont désastreuses pour beaucoup de pays africains en raison de la fragilité du tissu économique et de l’extrême pauvreté de la population. La pandémie de Covid-19 a ainsi entraîné une perte de 2,5 points du produit intérieur brut (PIB) de l’Afrique et pourrait engendrer quelque 20 millions de nouveaux pauvres à travers le continent.

A ce sujet, le Département des politiques macroéconomiques de la Banque africaine de développement prévoit que dans le pire des cas, 49 millions d’Africains supplémentaires pourraient être poussés vers l’extrême pauvreté par les conséquences de la pandémie. Dans le détail, le nombre de personnes vivant dans l’extrême pauvreté en Afrique (en usant du seuil de pauvreté international de 1,90 dollars) pourrait atteindre 453,4 millions en 2020 en raison de la pandémie, contre 425,2 millions dans un scénario sans pandémie.

Impact

Pour ce faire, les Etats seront appelés à prendre des mesures d’interventions urgentes d’ordre sanitaire et économique pour atténuer l’impact de la pandémie du Covid-19 sur l’Afrique. Dans cette optique, la BAD recommande, dans un rapport, que ces interventions doivent être parfaitement articulées et comprendre plusieurs volets non seulement des mesures de santé publique pour contenir la propagation du virus mais aussi de réduire le nombre de décès.

Dans ces conditions, comment entrevoir des perspectives économiques pour le continent ? Peut-on se demander. Pour les experts de la BAD, l’Afrique devrait connaître un rebond de sa croissance économique de 3% en 2021 contre -3,4% dans le pire des scénarios pour 2020 si la crise pandémique n’est pas jugulée. Dans ce sens, les gouvernements et les partenaires au développement doivent intervenir de manière mieux coordonnée, plus ciblée et plus rapide pour limiter efficacement les répercussions de la crise de la Covid-19.

Croissance

Ce qui va permettre de relancer progressivement les activités économiques sur la base des risques de transmission des différents secteurs. Le rapport de la Banque révèle, à ce propos, que l’Afrique pourrait perdre entre 145,5 milliards et 189,7 milliards de dollars américains de croissance en 2020.

Cela affecterait les progrès réalisés en matière de réduction de la pauvreté sans oublier qu’environ 30 millions d’emplois sont sur le point de disparaître.

Pour ce qui est des perspectives économiques, la CEA évalue à mille milliards de dollars américains (environ 578.618 milliards de francs CFA) les besoins d’argent liquide du secteur privé africain pour sortir de la crise économique engendrée par la pandémie de Covid-19. Déjà, l’AFD a mobilisé plus de 500 millions d’euros (327,9 milliards de francs CFA) en trois mois, en faveur du continent, au titre de l’initiative « Santé en commun », lancée le 2 avril dernier. 

En outre, l’Agence a pris l’engagement de mobiliser 1,2 milliard d’euros (787,1 milliards de francs CFA) d’ici à septembre 2020, en faveur des économies africaines

Trois mois après son lancement, ce programme a permis de financer 29 projets élaborés en guise de riposte à la pandémie de Covid-19 dans 23 pays africains, pour un total de 512 millions d’euros (335,8 milliards de francs CFA). Selon le DG de l’AFD, Rémy Rioux, une partie de ce montant, 57 millions d’euros (37,3 milliards de francs CFA), est constituée de dons, et l’autre, s’élevant à 455 millions d’euros (291,9 milliards de francs CFA), est l’objet de prêts octroyés à des Etats et banques de développement partenaires de l’AFD. Des perspectives prometteuses qui devront permettre à l’économie africaine de se relever après Coronavirus.

Wolondouka SIDIBE

 

  


Dans la même rubrique :
< >