Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Covid-19 : La BEI se mobilise pour soutenir les PME et le secteur de la santé


le Vendredi 10 Avril 2020



Le soutien au secteur privé est au cœur de la mobilisation de la BEI (Banque Européenne d’Investissement) au Maroc via notamment ses lignes de crédit avec les institutions financières marocaines dont l’encours s’élève à ce jour à 440 millions d’euros.



Emma Navarro, vice-présidente de la BEI
Emma Navarro, vice-présidente de la BEI
Parmi les rares soutiens internationaux du Maroc en cette période de crise du Covid-19, la Banque Européenne d’Investissement (BEI) vient d’annoncer, dans un communiqué, sa décision d’accélérer son appui à la mise en place au Maroc de projets à même d’aider le Royaume à faire face aux effets économiques et sanitaires de la pandémie du Coronavirus. L’aide de la BEI s’inscrit dans le cadre du réseau « Team Europe» initié par la Commission Européenne en faveur des pays situés  hors de l’UE pour qu’ils puissent faire face à la pandémie du Covid-19. Un projet dans lequel la BEI contribue à hauteur de 5,2 milliards d’euros.
 
Les PME manquent de liquidités
«La Banque de l’Union européenne est plus que jamais mobilisée pour aider le Maroc à faire face à cette pandémie», a déclaré dans ce contexte Emma Navarro, Vice-Présidente de la BEI qui précise: «L'une des conséquences économiques immédiates de cette pandémie est le manque soudain de liquidités auquel font face les petites et moyennes entreprises. C’est pourquoi depuis le début de la crise, nous sommes à l’écoute des chefs d’entreprise et porteurs de projets afin de leur apporter un soutien concret et adapté».
 
Ce qui explique selon la responsable de la BEI l’assouplissement des procédures «en vue de débloquer très rapidement des financements face notamment au manque de liquidité. Nous adaptons nos outils et moyens de financement», ajoute-t-elle avant de conclure : «Dans le domaine de la santé, après avoir financé la construction et la modernisation de nombreux hôpitaux, notre objectif est de soutenir le Royaume à faire face aux besoins importants en matériel médical».
 
La santé des citoyens et la modernisation des infrastructures médicales sont au cœur des priorités de la Banque de l’Union européenne au Maroc, souligne le communiqué. Ce sont ainsi 70 millions d’euros de financements qui ont été consacrés à la construction et à la modernisation de 16 centres hospitaliers sur l’ensemble du territoire national, avec à la clef des équipements à la pointe de la technologie au profit de plusieurs hôpitaux et des infrastructures qui permettent au personnel de travailler dans de meilleures conditions.
 
D’après la BEI, ce sont plus de 300 millions d’euros d’investissements qui ont été consacrés, en 2019, à la mise en œuvre de projets dans des secteurs clefs de l’économie marocaine tels que le soutien aux entreprises, l’agriculture, l’eau et l’assainissement, le transport ou encore les énergies renouvelables.
 
Parallèlement à cette mobilisation honorable de l’Europe aux côtés du Maroc en cette période de crise, l’absence et le silence pesant des anciens alliés du Conseil de Coopération du Golfe suscite nombre d’interrogations dans les médias et l’opinion publique marocains.   
 
  1. Channaje
 
Trois questions à Emma Navarro, Vice-Présidente de la BEI en charge du Maghreb.

Le monde subit de plein fouet les conséquences du Coronavirus. Est-ce que la BEI a mis en place des mesures urgentes pour les pays hors de l’Union européenne ?

Face à l’urgence et à la gravité de la situation, la BEI a décidé de mobiliser ses moyens, son expertise et ses compétences. Une enveloppe de 5,2 milliards d’euros sera ainsi déployée par la BEI au cours des semaines et mois à venir pour renforcer les investissements urgents dans le domaine de la santé tout en accélérant le soutien au secteur privé, aux entreprises et porteurs de projets. La BEI ciblera plus particulièrement son action pour soutenir les entreprises en proie à de graves problèmes de trésorerie et de liquidités, et dans des secteurs d’activité parmi les plus menacés. Ce financement de la BEI intervient dans le cadre du dispositif "Team Europe" mis en place par la Commission européenne. Ce dispositif coordonne au niveau européen l’aide apportée aux pays partenaires de l’Union européenne pour atténuer les effets socio-économiques de la pandémie.

Les défis sont là mais la bataille sera gagnée si nous faisons front tous ensemble. C’est pourquoi, nous travaillons en étroite collaboration avec la Commission européenne et nos partenaires au niveau national et international, que ce soient les Autorités nationales, les institutions européennes de financement du développement ou d’autres institutions financières multilatérales, afin de renforcer les financements indispensables à la résistance d’un tel choc pandémique.

Quelles sont les mesures qui seront mises en place pour le Maroc ?

La Banque de l’Union européenne déploie ses efforts pour pouvoir aider concrètement les Marocains à lutter quotidiennement contre le Covid-19 tant sur le plan économique que sanitaire.

Les entreprises sont au cœur de notre mobilisation car nous savons que beaucoup sont aujourd’hui confrontées à un manque de liquidités. Nous mobilisons en ce moment les lignes de crédit existantes dont l’encours s’élève à ce jour à 440 millions d’euros pour apporter les fonds de roulement nécessaires aux entreprises. Nous accélérerons également à titre exceptionnel le déboursement de contrats de financements déjà signés pour soutenir les chefs d’entreprise et porteurs de projets. Je tiens également à souligner que depuis le début de la crise, nous avons contacté directement nos clients, des chefs d’entreprise comme des porteurs de projets. Nous sommes à leur écoute afin de les soutenir dans cette période très difficile. Nous assouplissons nos procédures. Nous essayons d’adapter au mieux nos outils et moyens de financement.

En ligne avec les priorités du gouvernement, nous sommes également prêts à soutenir le système de santé via notamment l’acquisition de matériel médical et le renforcement des infrastructures sanitaires. N’oublions pas d’ailleurs que dans ce domaine, la BEI a été très présente. Nous avons financé la construction et la modernisation de 16 hôpitaux dans l’ensemble du Royaume. Des équipements à la pointe de la technologie ont pu être installés pour améliorer la qualité des soins et interventions. Des infrastructures adaptées ont été développées permettant ainsi au personnel de travailler dans de meilleures conditions.

Même si nous n’avons pas d’allocation par pays de par notre Mandat dans cette région, le partenariat qui nous lie au Maroc est très fort, c’est pourquoi ce pays aura toute notre attention pendant la durée de cette pandémie afin de lui apporter tout l’appui nécessaire.

Pouvez-vous nous rappeler en quelques mots en quoi consiste l’activité de la BEI au Maroc ?

En quelques chiffres clefs, je pourrais vous répondre que c’est 123 projets financés pour un montant d’investissements de plus de 7,8 milliards d’euros. Mais je pense que l’action de la BEI au Maroc, c’est avant tout un partenariat de grande qualité noué depuis maintenant 40 ans entre la Banque de l’Union européenne et un pays extraordinaire de par son histoire, sa beauté et ses atouts économiques.

La BEI apporte ses financements et son expertise pour aider les entreprises et les porteurs de projets, et soutenir des projets d’investissement solides et durables. En 2019, ce sont plus de 300 millions d’euros d’investissements qui ont été consacrés à la mise en œuvre de projets dans des secteurs clefs de l’économie marocaine. Nous avons ainsi financé l’autoroute Casablanca-Berrachid, le projet Noor Atlas, le développement des entreprises à travers le projet FINEA, ainsi que d’autres projets dans le secteur de l’agriculture ou encore la modernisation et la réhabilitation des réseaux et infrastructures existants pour la production et la distribution d'eau potable à travers le Maroc. Tous ces projets ont un réel impact sur la vie quotidienne des citoyens comme sur le dynamisme économique du Royaume.
 
Propos recueillis par MAP