Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Covid-19 : Crainte d'une pénurie d'eau en Méditerranée, dont le Maroc


Rédigé par A.C le Jeudi 7 Mai 2020

Face aux conséquences du Covid-19, des experts euro-méditerranéens, dont Marocains recommandent l’élaboration d’un plan d’urgence pour le secteur de l'eau.



Le COVID-19 exerce une pression supplémentaire sur l’approvisionnement en eau, en particulier dans certaines zones de la région euro-méditerranéenne, déjà sous pression en raison de la pénurie d’eau causée par le dérèglement climatique.  Tel est le constat soulevé ce mercredi par des experts euro-méditerranéens, lors des sessions de travail virtuelles sur les effets du COVID-19 sur l’accès à l’eau et à l’assainissement, organisées récemment par l’Union pour la Méditerranée (UpM) en collaboration avec l’Institut méditerranéen de l'eau (IME).
 
Ces sessions étaient l’occasion pour les experts méditerranéens, dont des Marocains de partager leurs pratiques respectives élaborées par les opérateurs de services d’eau et d’assainissement afin de faire face à cette crise de coronavirus. « Depuis le confinement, la Jordanie et la Turquie ont été touchées par des pénuries d’eau, tandis que d’autres pays ont dû détourner l’eau prévue pour l’irrigation pour un usage domestique », ont-ils souligné.
 
Ils ont déclaré aussi que plus de 250 millions de personnes seront considérées « pauvres en eau » dans les 20 prochaines années dans la région euro-méditerranéenne. Un chiffre qui est, d’après eux, aggravé par le Covid-19.
 
« L’eau doit être au centre de tout plan de relance et de développement visant à lutter contre les conséquences de la pandémie du COVID-19 dans la région. La crise est un nouveau rappel pour ce secteur vital qui doit toujours être financièrement viable et techniquement capable. En même temps, les conséquences du COVID-19 oblige la région euro-méditerranéenne à s’approprier les modèles de production et de consommation plus durables », a déclaré le Secrétaire Général de l’UpM, Nasser Kamel.
 
3 emplois sur 4 dépendent de l’eau
 
L’eau et les eaux côtières sont essentiels dans les systèmes de production d’énergie et de production industrielle, de l’agriculture, du transport et du tourisme, estime-t-on. Sachant qu’aujourd’hui, 3 emplois sur 4 dépendent de l’eau.

A ce niveau, l’UpM annonce qu'elle « lance une étude sur l’impact du COVID-19 sur le secteur de l’eau et soutiendra la mise en œuvre de la stratégie qui en découlera en agissant comme plateforme pour le dialogue politique et la mise en place de projets ». Et d'ajouter, dans un communiqué, qu'elle apportera, avec ses partenaires, son expertise et soutiendra les politiques publiques et les plans d’action nationaux, en commençant par deux ou trois pays pilotes des régions du Maghreb, du Machrek et des Balkans.

« Les efforts de rétablissement du secteur de l’eau seront pris en compte dans l’Agenda régional pour l’eau de l’UpM, développé et mis en œuvre depuis 2017 dans la finalité d’atteindre les objectifs de développement durable 2030 « Assurer l’accès à l’eau et à l’assainissement pour tous », pour la région euro-méditerranéenne », a souligné Almotaz Almadi, Directeur du programme de l’eau à l’UpM. L’Agenda pour l’eau de l’UpM vise à garantir que chaque pays euro-méditerranéen reçoive les recommandations techniques, administratives et financières nécessaires pour contribuer à la sécurité de l’eau pour sa population et ses activités économiques, en tenant compte de son impact sur l’agriculture, l’emploi, l’hygiène et le changement climatique.