Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Couvre-feu : El Alamy très critiqué sur les mesures compensatoires aux activités impactées


Rédigé par Anass Machloukh le Lundi 19 Avril 2021

Le sort des catégories socio-professionnelles fragiles après la prolongation du couvre-feu a été au cœur des discussions, ce lundi, à la Chambre des représentants. Bien que le ministre de l'Industrie et du Commerce, Moulay Hafid Elalamy, ait chanté les louanges de la stratégie gouvernementale pour soutenir les secteurs sinistrés, les députés, insatisfaits des mesures prises, n’ont pas manqué de lister les mille et une lacunes des mesures prises.




L’instauration du Couvre-feu pendant le ramadan a porté un coup dur à plusieurs catégories sociales très impactées par l’arrêt de l’activité nocturne. Plusieurs métiers sont condamnés à l’arrêt total, à savoir ceux de la restauration, du transport, les petits commerces et les artisans, ainsi que des métiers de l’informel. Dans ce climat d’incertitude leur sort reste inconnu, faute de mesures concrètes de compensation prises par le gouvernement.  En dépit des assurances du Chef du gouvernement, Saad Dine El Othmani, qui avait annoncé la prolongation des contrats-programmes en faveur des catégories lésées, les députés n’ont pas l’air convaincu, surtout en ce qui concerne les personnes qui travaillent dans l’informel et qui ne sont donc pas déclarées à la Caisse nationale de sécurité sociale (CNSS).

Interrogé par les groupes parlementaires de l’Opposition sur ce sujet, lors de la séance plénière dédiée aux questions orales à la première Chambre, le ministre de l'Industrie, du Commerce, de l'Investissement et de l'Économie numérique, Moulay Hafid Elalamy, a indiqué qu’un plan d’indemnisation est en cours d’élaboration, en coordination avec les départements ministériels concernés. Une réponse qui n’a guère plu à plusieurs députés qui ont critiqué avec véhémence « l’improvisation de l’Exécutif » dans son traitement de ce dossier. Dans ce sillage, le député istiqlalien Mohammed El Hafed n'a pas manqué d'exprimer son étonnement sur le fait que gouvernement ait imposé un couvre-feu durant le mois sacré, sans penser préalablement à compenser les personnes qui travaillent dans les secteurs les plus touchés, dont les serveurs de cafés, les femmes de ménages, les chauffeurs de taxi et les épiciers. « Il fallait songer à cela depuis le début », a-t-il asséné.

« La décision du couvre-feu a été prise à la dernière minute, ce qui a laissé peu de temps à l’Exécutif pour préparer un plan de mesures compensatoires », a rétorqué Moulay Hafid Alamy, ajoutant que le Comité de veille économique (CVE) travaille quotidiennement pour trouver des solutions aux activités meurtris par les effets du couvre-feu.

Rappelons que le gouvernement a promis de verser des indemnités aux employés des cafés et des restaurants, cela n’en demeure pas moins très compliqué du fait qu’une grande partie des salariés ne sont pas déclarés dans le régime de sécurité sociale. Comme c’est le cas pour plusieurs catégories professionnelles relevant du secteur informel.