Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Coronavirus, quand railleries riment avec épidémie !


Rédigé par Kenza AZIOUZI le Samedi 14 Mars 2020

Fidèles à eux-mêmes, les Marocains ne perdent jamais leur humour légendaire,
peu importe les circonstances... aussi épidémiques soient-elles.



Coronavirus, quand railleries riment avec épidémie !
Bien que la psychose s’empare de plus en plus des Marocains, celle-ci n’empêche pas le déferlement, notamment sur les réseaux sociaux, d’une vague d’humour décapant autour de la pandémie du Coronavirus. Comme à leur habitude, les Marocains, en peuple naturellement jovial et porté sur le rire, ont choisi de faire contre mauvaise fortune, bon coeur.

Sur les réseaux sociaux, plusieurs images et vidéos, faisant du virus une source d’hilarité, sont véhiculées en masse. On y retrouve l’humour dans toutes ses formes, noir, sarcastique, froid et parfois avec un peu de chance... plaisant et hilarant.

L’humour au Maroc

Dans l’une des publications, on se moque ouvertement du gouvernement El Othmani. L’Exécutif, selon ce post, aurait eu une vision prémonitoire concernant le Coronavirus et son traitement. « Le gouvernement savait à l’avance que « la pommade jaune » (Aureomycine) allait être fortement demandée par les citoyens. C’est pour cette raison qu’il a revu à la hausse son prix public de vente ! », a-t-on ironiquement écrit.

Des internautes ont manifesté dans les commentaires leur… réjouissance. « Ce qui compte, c’est que le virus nous ait été importé d’Italie et non pas de Chine! Nous préférons le label à la contrefaçon! », ont-ils ironisé. Sans oublier bien sûr les messages relayés via WhatsApp, et ils sont légion.On peut citer des plus cocasses :« Urgent! Le Coronavirus est mort, suite au contact avec un citoyen marocain! ». 

Toujours sur WathsApp : « Chine: quarantaine chez soi! Italie :ni écoles, ni boulot! Arabie Saoudite:
pas de Hajj, pas de Omra non plus! Maroc : PAS DE PANIQUE!!! ».

D’autres pays arabes s’y mettent aussi

Entre comptes Twitter satiriques, chansons et danses comiques... Sur internet et dans les médias du monde arabe, l’esprit ironique est aussi viral que la maladie. Un véritable remède pour lutter contre une atmosphère de psychose.

De l’Egypte à l’Irak, en passant par les pays du Golfe, les médias et les internautes tournent en dérision la panique déclenchée par l’épidémie.

Le nouveau Coronavirus dispose même de nombreux comptes satiriques sur les réseaux sociaux, dont l’un d’entre eux compte plus de 60.000 abonnés Twitter.

« Le nouveau Coronavirus nie les rumeurs concernant l’existence d’un ministère de la Santé en Égypte », a tweeté un de ces comptes début mars. Le Caire n’avait pas encore annoncé de cas d’infection dans le pays, chose qui a éveillé des soupçons sur la transparence des autorités.

Par ailleurs, sur la chaîne égyptienne de divertissement Al-Hayat, Coronavirus se plaint d’être « injustement traité », accuse les réseaux sociaux d’exagérer son importance, et invite la population à observer les règles élémentaires d’hygiène.

Toujours avec humour, mais en y glissant cette fois-ci des messages de prévention : « Que dites-vous aux gens qui ont peur de vous? », demande un présentateur égyptien à un acteur grimé en virus sur l’écran géant d’un plateau TV. « Lavez-vous les mains et éternuez loin des autres », répond le personnage au visage verdâtre piqué d’aiguilles

Cette vidéo a été largement relayée sur internet.

Pour dénoncer le manque des protections élémentaires dont les prix ont flambé, les Irakiens ont publié sur Youtube une chanson qui s’intitule « Des masques, on n’en a pas ». Et bien sûr, succès assuré.

Dans une autre vidéo diffusée sur internet, des Libanais et des Jordaniens, en uniformes blancs dans des hôpitaux, usent eux aussi de chants et danses traditionnels pour dédramatiser la situation.

En revanche, pas de rigolade avec l’épidémie chez le voisin émirati. En effet, le pays a mis en garde contre toute plaisanterie en public ou propagation de rumeurs sur le Covid-19, avec sanctions juridiques à la clé, selon une source au sein de la police de Dubaï, citée par le journal proche du gouvernement
Al-Emarat Al-Youm.
 
Kenza AZIOUZI

  


Dans la même rubrique :
< >

Vendredi 5 Juin 2020 - 19:22 Club Moving : les clients sont révoltés