Menu
L'Opinion
Lire GRATUITEMENT notre journal en PDF
L'Opinion
Facebook
Twitter
YouTube Channel
Instagram
LinkedIn

Actu Maroc

Coronavirus : Ce foyer de contamination qui gonfle les chiffres


Rédigé par S.J le Vendredi 19 Juin 2020

Au moment où les habitants de la région Rabat-Salé-Kénitra attendent avec impatience le 20 juin pour voir s’ils feront partie des heureux élus qui basculeront vers la zone 1, les cas enregistrés ce vendredi sont venus réduire leurs espoirs à néant.



Pas moins de 164 nouvelles contaminations au coronavirus, ont été comptabilisés dans la région, portant le cumul des cas enregistrés à 1.080, soit 11,6% de la moyenne nationale.  

Cette flambée des contaminations est due principalement à un cluster détecté dans une exploitation agricole située à 30 km de Moulay Boussalham et à 80 km au nord de Kénitra. Mardi dernier, les membres d’une commission sanitaire, composée de représentants du ministère de la Santé, des autorités locales ont fait une série de tests qui ont confirmé la contamination de 130 personnes. Les cas enregistrés aujourd’hui, auraient été en contact, avec ces dernières.

Malgré la panique des citoyens, principalement ceux de la région, suite à ces nouveaux cas positifs, le ministre de la Santé n’a toujours pas fait de sortie pour tirer au clair cette situation alarmante. Le manque de communication de ce dernier qui pour rappel, n’a fait que deux à trois sorties médiatiques, depuis le début de la crise sanitaire, laisse place, aux spéculations et aux Fake news, qui se propagent sur les réseaux sociaux comme une trainée de poudre. Dans ce sens, il y a même un audio WhatsApp qui circule depuis deux jours appelant à éviter la consommation des fraises, soulignant qu’ils «risquent d’être une source de contamination au nouveau virus».

Rappelons que les autorités avaient indiqué que le classement des préfectures et provinces en deux zones fera l’objet d’une mise à jour hebdomadaire. Rabat et Salé n’ont enregistré aucune contamination durant cette semaine, ce qui laisse envisager leur basculement en zone 1. Reste à savoir si le cluster de Kénitra sera pris en considération lors de l’évaluation de la situation épidémiologique des deux villes.